Ecoutez Radio Sputnik
    Alexandre Benalla

    Un «problème de mail» de la justice française offre un tête-à-tête à Benalla et Crase

    © AP Photo / Christophe Ena
    France
    URL courte
    Affaire Benalla (193)
    27042

    Un gros loupé au sein du palais de justice de Paris a permis une conversation entre Alexandre Benalla et Vincent Crase, pourtant tous deux interdits d’entrer en contact, rapporte RTL. En cause: un mail transmettant les consignes des magistrats qui n’a pas été envoyé. Ils étaient justement jugés pour s’être vu lors de leur contrôle judicaire.

    Alors que leur contrôle judiciaire leur interdisait d'entrer en contact, Alexandre Benalla et Vincent Crase ont pu discuter durant une heure dans le même box au palais de justice de Paris mardi dernier avant leur placement en détention, d'après des informations recueillies par RTL.

    Arrêtés pour avoir violé leur contrôle judiciaire qui leur interdisait d'entrer en contact, Alexandre Benalla et Vincent Crase ont été placés dans un box commun, sans interdiction de communiquer, le jour de leur placement en détention.

    Un problème de mail est en cause. Une lettre transmettant les consignes des magistrats n'a pas été envoyée et les policiers n'ont pas reçu d'instruction, laissant les deux hommes dans le même box pendant plus d'une heure au palais de justice le 19 février dernier.

    Quand les magistrats ont réalisé la situation, les deux hommes ont finalement été menottés et séparés, rapporte RTL.

    Placé en détention provisoire mardi dernier pour non-respect de son contrôle judiciaire, Alexandre Benalla, ancien collaborateur d'Emmanuel Macron, devra encore passer quelques jours à la prison de la Santé. La décision concerne également Vincent Crase, qui a quant à lui été écroué à la prison de Bois-d'Arcy dans les Yvelines.

    Dossier:
    Affaire Benalla (193)

    Lire aussi:

    Vidéo de cockpit du crash d’un Boeing dans un lagon en Micronésie
    Un «cimetière» de Boeing 737 MAX découvert en Californie
    «En fermant le marché américain à Huawei, Trump a ouvert des possibilités d’investissements chinois accrus en Europe»
    Tags:
    détention provisoire, justice, Vincent Crase, Alexandre Benalla, Paris, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik