Ecoutez Radio Sputnik
    Une voiture de police

    Interdite de voir son compagnon en garde à vue, elle aurait giflé une policière

    CC0 / diegoparra
    France
    URL courte
    0 314

    Après que son compagnon a été interpellé et placé en garde à vue, une jeune femme s’est déplacée au commissariat de Narbonne, déterminée à voir son copain. Le refus présenté par les forces de l’ordre à sa requête l’a mise en colère et l’aurait poussée à assener une gifle à une policière.

    Faisant l'objet d'une mesure de recherche, un homme de 22 ans, sans domicile fixe, a été arrêté par la police, lundi 25 février, et placé en garde à vue au commissariat de Narbonne, dans le département de l'Aude. Quelques heures plus tard, une jeune femme, se présentant comme sa compagne, s'y est rendue pour le voir, rapporte L'Indépendant.

    Cependant, sa requête a été refusée par les forces de l'ordre. Elle a alors perdu son calme et commencé à insulter une fonctionnaire de police en poste à l'accueil du commissariat, informe le média.

    Selon les informations recueillies par le journal, la jeune femme, énervée, serait allée jusqu'à gifler la policière. Suite à ce geste d'agression, la perturbatrice de l'ordre a été elle aussi, à l'instar de son compagnon, placée en garde à vue.

    Un mandat de dépôt a été demandé mardi 26 février par le procureur de la République du tribunal de Tunis à l'encontre de Jihed Haddaoui, l'homme d'affaires qui a giflé une policière, rapporte le site d'information Kapitalis. L'agression de la policière a eu lieu vendredi 22 février au poste Khaznadar, dans le district du Bardo, dans la capitale Tunis. Mardi, l'agresseur a donc été incarcéré.

    Lire aussi:

    Un avion d'Air France reliant Moscou et Paris envoie un signal de détresse
    Qu'a dit Poutine sur les Gilets jaunes que les médias français ont omis?
    Un Boeing 757 subit de graves dommages lors d'un atterrissage d’urgence aux Açores – vidéo
    Tags:
    gifle, police, femmes, Narbonne, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik