Ecoutez Radio Sputnik
    François Asselineau

    Asselineau sur sa liste aux européennes: la «porte est ouverte» aux Gilets jaunes

    © AFP 2019 Geoffroy Van Der Hasselt
    France
    URL courte
    21853
    S'abonner

    François Asselineau a commenté le soutien que lui ont assuré certaines figures des Gilets jaunes dans un entretien accordé à Sputnik. Selon le président de l'UPR, son parti est prêt à intégrer dans sa liste pour les européennes les représentants des Gilets jaunes comme l’ont fait d’autres partis.

    Bien qu'il ne porte pas de gilet jaune et ne manifeste pas tous les samedis, François Asselineau semble devenir de plus en plus populaire auprès du mouvement. Il a déjà le soutien d'Etienne Chouard. Eric Drouet ne s'empêche pas non plus de citer le président de l'UPR.

    L'UPR a soutenu le mouvement des Gilets jaunes dès le début, affirme dans un entretien à Sputnik François Asselineau, en soulignant que son parti ne tente pas de «le récupérer» ni prendre part aux manifestations.

    «Nous l'avons soutenu, ce mouvement. Tous les samedis, nous avons fait rapport des manifestations qui avaient eu lieu en France. Nous avons fait également des communiqués de presse, des articles pour dénoncer les violences policières qui avaient eu lieu à son encontre».

    L'intérêt montré par les Gilets jaunes pour son parti s'explique, selon lui, par le fait que les Français en général et les Gilets jaunes en particulier découvrent que «lorsqu'ils votent à droite ou lorsqu'ils votent à gauche, ils ont toujours la même politique à quelques détails près et que cette politique n'est pas conforme à ce qu'ils souhaitent».

    D'après M. Asselineau, «tous les vrais pouvoirs ont été volés aux Français par la construction européenne. C'est pour ça que beaucoup de Gilets jaunes commencent à s'intéresser à notre parti politique, à nos propositions, à nos analyses qui leur paraissent bonnes».

    Quant à la possibilité d'une éventuelle intégration des Gilets jaunes dans les listes pour les européennes, le président de l'UPR se dit ouvert à de telles initiatives soutenues par plusieurs partis.

    «Ma porte est ouverte. Je suis prêt à accueillir les gens qui veulent rallier notre liste et pourquoi pas des Gilets jaunes? C'est à eux de décider, ce n'est pas à moi. Je ne peux pas faire de manipulation. […] La France est dans une situation catastrophique dans tous les domaines. […] Les conditions sont tellement graves que les gens de bonne volonté devraient rallier notre liste, qui est la seule à proposer de sortir de l'Union européenne, de l'euro et de l'Otan».

    M. Asselineau n'exclut pas que sa demande de destitution de Macron ait joué un rôle dans ce rapprochement avec les Gilets jaunes:

    «On a mis à la disposition des Gilets jaunes, et des Français en général, un texte de procédure de destitution de Macron […] et on a dit aux Français de s'emparer de ce document, de le transmettre aux députés et aux sénateurs puisque ce sont eux qui ont le pouvoir de lancer la procédure de destitution du Président de la République.»

    Cependant, cette initiative est restée lettre morte car il n'y a pas «d'opposants déterminés au point de demander cette procédure», ce qui a favorisé, à son avis, «l'augmentation de la notoriété des Gilets jaunes».

    D'après lui, les médias mainstream ont aussi largement contribué à la popularité du mouvement en France, car les Gilets jaunes sont «calomniés par les grands médias, qui disent qu'ils seraient violents, extrémistes, racistes et antisémites, ce qui n'est pas vrai pour l'écrasante majorité».

    «Les grands médias ont mis le coup de projecteur sur quelques personnes, parfois ce sont d'ailleurs des agents provocateurs, pour discréditer le mouvement. […] Les Gilets jaunes se rendent compte qu'ils subissent une campagne de diffamation, de dénigrement diffamatoire à leur encontre, donc, cela leur rend certaines sympathies pour ma candidature», a-t-il conclu.

    Tags:
    élections européennes, liste, destitution, euro, OTAN, Union européenne (UE), Eric Drouet, François Asselineau, Etienne Chouard, Emmanuel Macron, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik