France
URL courte
9151
S'abonner

Les forces de l'ordre ont donné l'assaut et interpellé un terroriste et sa compagne retranchés dans la prison de Condé-sur-Sarthe, a annoncé le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner.

Plusieurs détonations se sont fait entendre dans l'enceinte du centre pénitentiaire de Condé-sur-Sarthe, non loin d'Alençon, où était retranché le détenu qui avait poignardé deux surveillants mardi matin, a annoncé une journaliste du quotidien Ouest France sur Twitter, vidéo à l'appui.

Une heure plus tard, le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, a déclaré sur Twitter que l'assaut donné par les forces de l'ordre avait permis de maîtriser le terroriste.

D'après l'AFP, le RAID a lancé une opération vers 18h40 pour le déloger.

Deux hélicoptères militaires patientaient à quelques dizaines de mètres de la prison, ainsi qu'un hélicoptère du SAMU, qui s'est posé peu après 16h, selon l'AFP.

Mardi matin, un détenu de 27 ans qui purgeait une peine de 30 ans, a blessé deux surveillants pénitentiaires avec un couteau en céramique, avant de se barricader avec sa compagne enceinte dans l'Unité de vie familiale (UVF) de la prison. C'est sa femme qui lui aurait fait passer le couteau. Se revendiquant de Daech*, il a affirmé qu'il ne se rendrait pas et qu'il voulait mourir en martyr. Selon des médias, il aurait déclaré avoir une ceinture d'explosifs sur lui, mais cette information n'a pas été officiellement confirmée.

La ministre française de la Justice, Nicole Belloubet, a estimé que l'attaque avait «un caractère terroriste».

*Organisation terroriste interdite en Russie

Lire aussi:

Des dizaines de malfrats agressent une famille en Loire-Atlantique puis les suivent à l’hôpital
«Sale juif, sale race»: il est pris à partie dans un immeuble parisien, sa Rolex est volée
«Comportement de racailles»: deux maîtres-nageurs agressés et jetés dans une piscine de Melun
Tags:
assaut, détenus, explosion, RAID, Christophe Castaner, France, Condé-sur-Sarthe
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook