Ecoutez Radio Sputnik
    Blocage de la prison de Condé-sur-Sarthe

    Des dizaines de surveillants crient leur ras-le-bol après l'attaque de Condé

    © AFP 2019 JEAN-FRANCOIS MONIER
    France
    URL courte
    6142

    Une mobilisation des personnels pénitentiaires est en cours au lendemain d'attaques contre des surveillants au couteau et à la lame de rasoir à Condé-sur-Sarthe et à Château-Thierry. La CGT et FO appellent à bloquer les prisons. Des surveillants bloquent Fleury-Mérogis.

    Le deuxième jour de blocages après l'attaque de Condé-sur-Sarthe

    De Nantes à Nice en passant par Fleury-Mérogis, des surveillants ont repris leurs mobilisations et blocages aujourd'hui devant de nombreuses prisons, suite à l'agression de deux de leurs collègues par un détenu radicalisé à Condé-sur-Sarthe.

    En banlieue parisienne, les syndicats pénitentiaires font état de mobilisations dans au moins cinq établissements, dont des blocages à Osny (Val d'Oise), à Réau (Seine-et-Marne) ou encore à Fleury-Mérogis (Essonne).

    Fleury-Mérogis

    Plusieurs surveillants de prison à Fleury-Mérogis ont bloqué l'entrée dès 6h pour dénoncer leurs conditions de travail, notamment l'insécurité de leur profession et le manque de moyens.

    ​Les surveillants ont notamment tenté de faire barrage pour empêcher le personnel de la prison d'entrer à l'intérieur du bâtiment. Les forces de l'ordre ont recouru à des gaz lacrymogènes.

    Maubege

    À Maubeuge, une vingtaine d’agents de l'établissement pénitentiaire bloquent depuis 6 heures ce jeudi matin les accès à la prison, selon la Voix du Nord.

    Sequedin

    À Sequedin, un blocage est également en cours.

    L'UFAP-UNSA exige une rencontre avec la Garde des sceaux.

    Longuenesse

    À Longuenesse, une vingtaine d'agents, qui ne devraient pas être en service, manifestent ce jeudi matin devant l'établissement. Cependant, il n'y a pas de blocage, les 33 agents qui devaient prendre leur service à 7h, l'ont pris comme prévu.

    Les gardiens réclament notamment plus de moyens humains et techniques.

    Loire 

    La prison de la Talaudière dans la Loire était bloquée depuis 6h30 ce matin par une quarantaine de surveillants. Les policiers ont par la suite mis fin à ce blocage.

    Alençon

    Un temps dispersés, les manifestants reviennent bloquer l'entrée de la prison d'Alençon. Un des manifestants semble avoir fait un malaise dû à l'usage de gaz.

    Les CRS ont notamment fait usage de leur gazeuse et ont donné des coups de pied aux manifestants pour les disperser, selon un syndicaliste.

    Marseille

    Les manifestants bloquent l'entrée de la prison des Baumettes.

    Les causes de la colère

    Mardi matin, un détenu de 27 ans qui purgeait une peine de 30 ans a blessé deux surveillants pénitentiaires avec un couteau en céramique, avant de se barricader avec sa compagne enceinte dans l'Unité de vie familiale (UVF) de la prison. 

    C'est sa femme qui lui aurait fait passer le couteau. Se revendiquant de Daech*, il a affirmé qu'il ne se rendrait pas et qu'il voulait mourir en martyr. Selon des médias, il aurait déclaré avoir une ceinture d'explosifs sur lui, mais cette information n'a pas été officiellement confirmée.

    Le détenu radicalisé a été interpellé ensuite dans l'assaut du Raid au cours duquel sa compagne a été tuée.

    *Organisation interdite en Russie

    Lire aussi:

    Vidéo de cockpit du crash d’un Boeing dans un lagon en Micronésie
    Un «cimetière» de Boeing 737 MAX découvert en Californie
    «En fermant le marché américain à Huawei, Trump a ouvert des possibilités d’investissements chinois accrus en Europe»
    Tags:
    mobilisation, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik