Ecoutez Radio Sputnik
    Maria Zakharova

    Moscou s’adressera à l’OSCE suite à la pression politique exercée sur Sputnik en France

    © Sputnik . Ekaterina Chesnokova
    France
    URL courte
    17561

    Depuis plus d’un mois, Moscou attend une réponse de Paris suite à la note adressée en lien avec les déclarations d’Emmanuel Macron à l’égard de Sputnik et RT, a déclaré la diplomatie russe, ajoutant que les médias russes faisaient l'objet de persécutions en France.

    Les autorités françaises créent une «atmosphère toxique» autour des médias russes, a déclaré ce jeudi le ministère russe des Affaires étrangères par la voix de sa porte-parole Maria Zakharova. Dans ce contexte, la diplomate a ajouté que Moscou était déterminé à transmettre à l'OSCE un dossier concernant la pression politique exercée sur Sputnik et RT.

    «Il s'agit, de tout évidence, d'un harcèlement systématique des médias russes en France. Il est impossible de lutter d'une part contre les fake news et la désinformation et, d'autre part, de corrompre les médias de masse», a-t-elle déclaré.

    Dans son discours, Mme Zakharova est également revenu sur l'appel du CSA à la station libre parisienne Aligre FM pour accélérer la résiliation de son contrat avec Sputnik.

    «Une fois de plus, nous sommes dans une situation où les autorités françaises cherchent par tous les moyens à limiter l'activité des médias russes dans leur pays, exerçant une pression directe sur leur partenaires français, créant une atmosphère toxique et de défiance autour de la presse russe», a-t-elle indiqué.

    «À cet égard, nous souhaitons avoir l'avis des organismes internationaux spécialisés, des ONG chargées de la défense des droits. Nous transmettrons également notre demande à l'OSCE. Nous souhaitons une évaluation pour savoir à quel point il est légitime d'exercer une pression directe sur une station radio indépendante et la contraindre à rompre son partenariat avec des médias russes. Nous souhaitons savoir si cela est conforme aux principes de la liberté d'expression et au respect de l'indépendance de la presse», a poursuivi Maria Zakharova.

    La porte-parole a rappelé que Moscou avait adressé une note à l'ambassade de France suite à une publication selon laquelle Macron avait dénoncé une ingérence de la chaîne RT dans le mouvement des Gilets jaunes.

    «Nous attendons depuis un mois la réaction de la partie française à la note diplomatique russe qui demandait la confirmation ou le démenti des déclarations faites par le Président français […] dans lesquelles le chef de l'État avait qualifié l'agence Sputnik et RT comme des médias pro-Kremlin, les citant aux côtés d'autres représentants de mouvements politiques radicaux, dont des ultranationalistes», a-t-elle fait savoir. La diplomate a également expliqué que les propos d'Emmanuel Macron sont parus dans Le Point sous forme de discours indirect.

    Les journalistes de Sputnik et RT ont été exclus des conférences de presse de l'Élysée et se voient régulièrement refuser leur accréditation auprès du Quai d'Orsay. Stéphane Séjourné a aussi annoncé que les journalistes de Sputnik et de RT ne seraient pas accrédités pour couvrir la campagne du parti LREM pour les élections européennes. Le 28 février, ce sont Benjamin Griveaux et Mounir Mahjoubi qui ont accusé Sputnik d'être un organe de propagande.

    Le ministère russe des Affaires étrangères a entrepris des efforts diplomatiques intenses pour améliorer la situation des deux médias en France. Toutefois, Paris n'a jamais fourni d'explications officielles concernant sa décision de ne pas accréditer les journalistes de Sputnik et de RT. Lors de rencontres à huis clos, les diplomates russes ont appris que ce serait «la décision personnelle du locataire de l'Élysée», d'après la porte-parole du ministère russe, Maria Zakharova.

    Lire aussi:

    «Excusez-nous, on ignorait qu’il était invisible»: le F-117 abattu par les Serbes en 1999
    Ces symptômes du cancer du cerveau que les malades ignorent
    Un policier à terre place de la République, un pompier lui prodigue un massage cardiaque
    Tags:
    liberté de la presse, Spuntik, Maria Zakharova, France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik