Ecoutez Radio Sputnik
    Classe

    Des agressions sexuelles en série auraient été commises dans un collège français

    CC0
    France
    URL courte
    19914

    Un enseignant d’histoire-géographie d’une soixantaine d’années a été mis en examen et placé sous contrôle judiciaire pour agressions sexuelles sur mineures de moins de 15 ans.

    Les plaintes de quatorze collégiennes d'Auch ont amené l'inspection académique à suspendre fin janvier un professeur d'histoire-géographie accusé de «comportement inapproprié». Lundi 11 mars, l'enseignant a été mis en examen pour agressions sexuelles, rapportent les médias français.

    Les filles qui se disent victimes de leur professeur d'une soixantaine d'années parlent d'attouchements qui auraient commencé à la rentrée scolaire 2018/2019. Selon le parquet, les élèves ont décrit un «comportement inadapté du professeur, une grande proximité physique et des caresses dans les cheveux, sur les bras, et pour certaines sur les seins».

    «Leurs déclarations paraissent objectives, étayées, et loin de toute exagération», a souligné la procureure de la République d'Auch, Charlotte Beluet.

    L'enseignant, qui exerce depuis 2014 au sein du collège, a été placé sous contrôle judiciaire mardi soir et suspendu de ses fonctions le temps de la procédure judiciaire. Selon La Dépêche du Midi, qui se réfère au parquet, une obligation de soins et une interdiction de quitter le territoire lui ont été également imposées.

    Le professeur, qui s'est en outre vu interdire d'exercer toute activité avec des mineurs pendant la procédure judiciaire, conteste les faits qui lui sont reprochés.

    Lire aussi:

    La Russie pourrait lancer une attaque surprise contre l’Europe, spécule Die Welt
    En Algérie, la première cause de la prolifération «inquiétante» du cancer est culinaire
    Les jus de fruits 100% naturels présentent un danger mortel, révèlent des médecins français
    Tags:
    professeur, agressions sexuelles, mineurs, collège, enseignant, France, Auch
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik