France
URL courte
7922
S'abonner

Tout un quartier à Thionville a été saisi de peur dans la nuit en raison de deux adolescents cagoulés, en noir, qui ont décidé, en tant que divertissement nocturne, de faire semblant d'appartenir à un groupe terroriste. De multiples témoins ont alerté la police qui a lancé une opération antiterroriste.

Dans la nuit de samedi à dimanche, deux individus vêtus de noir, cagoulés et portant des fusils d'assaut — des répliques, comme il s'est avéré par la suite — ont semé le chaos à Thionville, en Moselle. Les adolescents de 17 et 18 ans ont été alors interpellés, l'un originaire de Thionville, l'autre de Hagondange, indique France Bleu.

Aux environs de 23h30 samedi, nombreux ont été les riverains à signaler à la police que deux hommes armés en noir déambulaient à travers le quartier Côte des Roses. Un dispositif policier y a été déployé et un plan antiterroriste a été lancé par la brigade anti-criminalité (BAC), équipée de matériel de défense lourd.

L'opération a duré à peu près une heure avant que les suspects ne soient finalement appréhendés, rue Château-Jeannot.

Les armes se sont révélées être des répliques airsoft, signale le Républicain Lorrain.

Les deux jeunes hommes, inconnus des services de sécurité, ignoraient le fait que ces armes factices étaient interdites en public, précise France Bleu. Actuellement remis en liberté, les jeunes seront ensuite convoqués devant la justice.

Malgré les explications des policiers, de nombreux habitants sont restés longuement en état de choc.

Lire aussi:

Nouvelle nuit de violences urbaines en banlieue lyonnaise, plus d’une dizaine de voitures incendiées – images
Risque de guerre civile: «La situation est bien plus grave que ce que les gens imaginent», selon Me de Montbrial
Les pilotes d'un Boeing 737 MAX arrêtent un moteur en plein vol
«Je ne suis pas un tueur»: le Premier ministre slovaque refuse le renvoi du vaccin russe Spoutnik V
Tags:
police, panique, armes, extrémistes, terrorisme, Brigade anti-criminalité (BAC), Thionville, France, Moselle
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook