Ecoutez Radio Sputnik
    Yémen

    Amnesty International accuse la France d'être «complice» de crimes de guerre au Yémen

    © AP Photo / Hani Mohammed
    France
    URL courte
    13292

    La France continue de vendre des armes à l’Arabie saoudite et figure ainsi parmi les États «complices» de «crimes de guerre» au Yémen, selon Amnesty International. L’ONG a appelé les élus français à «agir» pour que Paris «rende compte de ses transferts d’armes».

    Plusieurs États occidentaux, dont les États-Unis, le Royaume-Uni et la France, continuent de fournir des armes aux membres de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite «en dépit des éléments accablants prouvant que ces armes ont été utilisées pour commettre des crimes de guerre», indique Amnesty International dans son communiqué publié ce lundi 25 mars. Le 26 mars marquera la quatrième année de l'intervention de la coalition arabe au Yémen.

    En qualifiant ces pays occidentaux de «complices», l'ONG semble être particulièrement préoccupée par «l'opacité» du gouvernement français sur les ventes d'armes. Elle appelle donc les parlementaires français à «se mobiliser et agir» pour que le gouvernement «rende compte de ses transferts d'armes, d'équipements connexes, et de prestations d'assistance technique».

    «Il s'agit de donner l'assurance aux yéménites et aux français, qu'à aucun moment, les transferts français n'ont pu servir à commettre ou à faciliter des violations graves du droit international humanitaire», souligne l'organisation.

    Amnesty International rappelle qu'«en particulier depuis l'affaire Khashoggi», Paris ne cesse de «démentir l'importance des ventes d'armes françaises».

    En novembre dernier, Jean-Yves Le Drian, ministre des Affaires étrangères, a assuré sur France 2 que la France avait «des règles extrêmement strictes pour les ventes d'armes» et qu'elle interdisait «de vendre des armes qui puissent toucher les civils».

    Auditionné le 13 février 2019 à l'Assemblée nationale sur les ventes d'armes, le chef de la diplomatie française a affirmé que l'action militaire de l'Arabie saoudite au Yémen se faisait essentiellement par voie aérienne et que la France ne fournissait «rien à l'armée de l'air saoudienne».

    Le Yémen est en proie à une guerre civile depuis 2014 opposant le gouvernement issu de la révolution de 2012 aux rebelles Houthis. Le conflit s'est internationalisé en mars 2015 avec l'intervention de nombreux pays musulmans menés par l'Arabie saoudite en soutien au gouvernement en place. L'Iran soutient les rebelles mais dément leur livrer des armes. La situation humanitaire y est qualifiée par l'Onu de «pire crise humanitaire du monde», le dernier bilan du conflit datant de 2016 faisant déjà état de 10.000 morts. La majorité de la population risque la famine et des maladies comme le choléra font rage.

    Lire aussi:

    L'ex-Président égyptien Mohamed Morsi est décédé lors d'une comparution au tribunal
    Ce successeur franco-hispano-allemand du Rafale a été dévoilé au Salon du Bourget (images)
    Attaque contre la Russie: le New York Times met en garde Trump après ses accusations de «haute trahison»
    Tags:
    armes, Amnesty International, Jean-Yves Le Drian, Arabie Saoudite, Yémen, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik