Ecoutez Radio Sputnik
    Yassine Belattar

    L’humoriste proche de Macron Yassine Belattar a été placé en garde à vue

    © AP Photo / Ludovic Marin
    France
    URL courte
    5513928

    Visé par plusieurs plaintes pour menaces et harcèlement, l’humoriste controversé et «conseiller banlieues» d’Emmanuel Macron, Yassine Belattar a été placé en garde à vue ce mardi matin à Paris.

    L'humoriste Yassine Belattar, visé par plusieurs plaintes pour menaces de mort et harcèlement professionnel, a été placé en garde à vue mardi matin à Paris

    Comme l'indique l'AFP, l'animateur radio et comédien était convoqué mardi matin au commissariat du 5e arrondissement de la capitale dans le cadre d'une enquête préliminaire ouverte fin janvier après une plainte pour menaces de mort déposée contre lui par le comédien Bruno Gaccio.

    Le 24 janvier dernier, Bruno Gaccio, ancien chef de file des Guignols de l'info, a déposé deux plaintes pour menaces de mort et pour diffamation, à l'encontre de l'humoriste Yassine Belattar, révèle Marianne. «Tout a commencé par une série d'amabilités échangées sur les réseaux sociaux", révèle au magazine Bruno Gaccio. La suite s'est poursuivie par téléphone».

    En outre, Jessie Claire, jeune animatrice de radio et télévision, a aussi porté plainte contre l'humoriste. Mme Claire, qui selon Marianne ne serait pas la seule à avoir été abusée par M. Belattar, estime entre autres que ce dernier «use de son pouvoir hiérarchique».

    Selon Médiapart, le conseiller «banlieues» d'Emmanuel Macron, membre de depuis un an du Conseil présidentiel de villes, M. Belattar est aussi accusé par plusieurs personnes du monde du spectacle «de comportements humiliants ou menaçants», ce qu'il conteste.

    Lire aussi:

    Versailles sous des nuages épais de fumée à cause d'un incendie (vidéos)
    «Fumée jaune», propagation… Réflexions d'un ancien pompier sur le sort de Notre-Dame
    Le RAID déployé à Lourdes, une personne blessée lors d'une prise d'otages
    Tags:
    garde à vue, Yassine Belattar, Emmanuel Macron, Paris, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik