France
URL courte
8311
S'abonner

Le Président français a annoncé vendredi la création d'un comité d'historiens pour renforcer en France les moyens qui visent à juger les «génocidaires présumés» au Rwanda.

Emmanuel Macron a annoncé ce vendredi 5 avril un «renforcement» des moyens judiciaires et policiers ainsi que la création d'un comité d'historiens qui aura accès à «toutes les archives françaises» sur la période 1990-1994 pour faire la lumière sur l'action de la France dans le génocide rwandais.

«Cette commission, qui rassemblera huit chercheurs et historiens, sous l'égide du professeur Vincent Duclert, aura pour mission de consulter l'ensemble des fonds d'archives français relatifs au génocide, sur la période 1990-1994 afin d'analyser le rôle et l'engagement de la France durant cette période et de contribuer à une meilleure compréhension et connaissance du génocide des Tutsi», annonce un communiqué de l'Elysée.

À l'occasion des cérémonies prévues dimanche pour le 25e anniversaire du génocide au Rwanda, le Président a reçu vendredi au palais de l'Élysée des représentants de l'association Ibuka France, dédiée au soutien aux rescapés et à la mémoire de cette tragédie.

À cette même occasion, M.Macron a annoncé «le renforcement des moyens du pôle du Tribunal de Grande Instance chargé du traitement des procédures relatives au génocide des Tutsi au Rwanda et l'augmentation des effectifs de police judiciaire, afin que les génocidaires présumés faisant l'objet de poursuites puissent être jugés dans un délai raisonnable», indique le communiqué.

Le génocide au Rwanda a fait, selon l'Onu, au moins 800.000 morts entre avril et juillet 1994, essentiellement au sein de la minorité tutsi. L'ampleur de l'assistance militaire apportée par la France au régime du Président rwandais hutu Juvénal Habyarimana entre 1990 et 1994 et les circonstances de l'attentat qui l'a tué le 6 avril 1994, et qui a déclenché le génocide, font toujours l'objet d'une polémique en France.

Lire aussi:

Une nouvelle carte du déconfinement rendue publique lors du discours du Premier ministre
Selon le Pr. Raoult, «le Lancet demande des comptes aux auteurs» de l’étude publiée
Jean-Jacques Bourdin flashé à 186 km/h à plus de 100 km de son domicile, son permis de conduire confisqué
Alger rappelle «immédiatement» son ambassadeur à Paris après les documentaires sur le Hirak
Tags:
enquête, génocide, Emmanuel Macron, Rwanda, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook