France
URL courte
4123
S'abonner

Facebook a dissipé les inquiétudes des autorités françaises sur le rôle éventuel d’une puissance étrangère dans le mouvement des Gilets jaunes en affirmant ne pas en avoir trouvé la moindre trace, selon le directeur de la cybersécurité du réseau social, Nathaniel Gleicher.

Dans un entretien accordé au Monde, Nathaniel Gleicher, directeur de la cybersécurité de Facebook, a affirmé n'avoir rien trouvé de suspect qui indiquerait une ingérence étrangère dans le mouvement des Gilets jaunes, mouvement qui s'est justement organisé en grande partie sur le réseau social.

Le haut responsable a cependant reconnu, sans les nommer, que certains acteurs avaient profité de la contestation pour diffuser leurs habituels «discours clivants» comme «à chaque fois qu'il y a un mouvement politique majeur».

«Mais savoir si nous avons détecté quelque chose d'inauthentique dans le mouvement en lui-même, c'est une question différente et nous n'avons rien repéré sur ce point. Nous n'avons rien vu d'inauthentique dans le mouvement. Nous continuons à surveiller la situation, puisque notre travail consiste justement à repérer ce genre d'activité», a déclaré M.Gleicher au Monde.

Il a ainsi dissipé les inquiétudes des autorités françaises sur le rôle éventuel d'une puissance étrangère qui aurait pu, en sous-main, instrumentaliser la contestation.

Le 9 décembre, le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a confirmé le lancement d'une enquête sur des soupçons de manipulation étrangère visant à attiser le mouvement des Gilets jaunes.

Lire aussi:

«Conte dit à une Europe morte d'aller se faire foutre», divorce à l'italienne entre Rome et l'UE?
Covid 19: un cardiologue camerounais met en garde contre le traitement du professeur Raoult
La vague épidémique est «extrêment élevée» et les jours à venir vont être «difficiles», alerte Édouard Philippe
Tags:
gilets jaunes, ingérence, Facebook, Inc, Nathaniel Gleicher
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook