Ecoutez Radio Sputnik
    Eric Zemmour

    Selon Éric Zemmour, si l'incendie de Notre-Dame s'avère criminel, «on le cachera»

    © AP Photo / Virginia Mayo
    France
    URL courte
    Incendie à Notre-Dame de Paris (123)
    11325452

    L'écrivain et journaliste Éric Zemmour estime que si les enquêteurs établissent un jour une origine criminelle du sinistre ayant ravagé Notre-Dame de Paris, la vérité serait cachée au peuple français.

    S’exprimant lors de son émission sur Paris Première, Éric Zemmour a soutenu que si quelque chose prouve que le sinistre du 15 avril est d’origine criminelle, cela ne sera pas révélé.

    «S'il y a quelque chose [prouvant que l'incendie de Notre-Dame est criminel, ndlr], je pense qu'on le cachera», a-t-il déclaré.

    Rappelons qu'Associated Press a annoncé jeudi 18 avril, se référant à un responsable de la police judiciaire ayant requis l'anonymat, que les enquêteurs considéraient comme cause la plus probable de l'incendie un court-circuit électrique. Le jour suivant l’agence a également cité Monseigneur Patrick Chauvet, recteur de Notre-Dame, qui avait supposé que l’incendie aurait pu être provoqué par «un bug informatique».

    Un incendie s'est déclaré lundi 15 avril dans la cathédrale Notre-Dame de Paris. Le procureur de la République de Paris a indiqué mardi 16 avril que la piste accidentelle était privilégiée. Selon les pompiers, le feu serait «potentiellement lié» aux travaux de rénovation de ce monument historique, le plus visité d'Europe. Le Président Macron a annoncé le 16 avril qu'il voulait que la cathédrale soit rebâtie d'ici cinq ans.

    Dossier:
    Incendie à Notre-Dame de Paris (123)

    Lire aussi:

    Un «nouveau» véhicule de la police française filmé de l'intérieur... son état se passe de mots (vidéo)
    L'Iran promet de ne pas se rendre même sous les bombes
    La France veut déployer un système de défense antiaérienne en Turquie en plein conflit autour des S-400
    Tags:
    Eric Zemmour, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik