Ecoutez Radio Sputnik
    La police de Paris lors d'une manifestation des Gilets jaunes (1er février 2019)

    «Ignoble et abject»: indignation après les cris de Gilets jaunes face aux policiers

    © Sputnik . Julien Mattia
    France
    URL courte
    Mouvement des Gilets jaunes après 22 semaines de mobilisation (98)
    841843

    «C'est une catastrophe pour nous d'entendre ça». Les Gilets jaunes criant aux policiers de se donner la mort en marge de l’acte 23 ont provoqué l’indignation sur la scène politique et la colère des syndicats sur fond d’une vague de morts volontaires dans les rangs de la police depuis le début de l’année.

    Lors de l'acte 23 des Gilets jaunes à Paris, des manifestants ont crié aux forces de l'ordre qu'elles devaient se tuer, alors même que de nombreux policiers ont mis fin à leurs jours depuis le début de l'année.

    Ces mots ont scandalisé des syndicats de policiers et de nombreuses personnalités politiques. Le secrétaire national CRS du syndicat Unsa police, David Michaux, a réclamé dimanche sur France Info que les auteurs soient «identifiés, interpellés et condamnés».

    «C'est une catastrophe pour nous d'entendre ça», alors que «28 collègues se sont donné la mort depuis le début de l'année», a-t-il rappelé. «On a un taux de suicide très important et les propos qu'on a pu entendre hier sont inadmissibles», a dénoncé M. Michaux, annonçant que ces derniers étaient punissables d'une peine de 3 ans de prison et de 45 000 euros d'amende. «Il faut une réponse forte à ce qui s'est passé hier. On a été meurtris par les propos qui ont été tenus.»

    La tête de liste LR pour les élections européennes, François-Xavier Bellamy, a également prôné une punition.

    Pour le maire LR de Nice, Christian Estrosi, ce qui s'est passé est «ignoble» et «abject». «Honteux et indigne», a quant à lui lancé le député LR Éric Ciotti.

    «On atteint le paroxysme de la haine. Ces propos sont intolérables et inacceptables», a déclaré à l'AFP Frédéric Lagache, délégué général du syndicat Alliance. «C'est une insulte aux policiers décédés, à leurs familles et à toute l'institution», a-t-il ajouté, appelant à identifier les responsables.

    «Comment peut-on scander "suicidez-vous" aux forces de l'ordre?! C'est honteux enfin! Cette haine de la police est idéologique et hélas systématique dans les rangs des anarchistes», s'est également indignée la dirigeante du Rassemblement national Marine Le Pen sur Twitter.

    Selon le parquet de Paris, une enquête a été ouverte. 

    Cette journée de mobilisation des Gilets jaunes intervenait au lendemain d'un appel national des syndicats de police à des rassemblements en hommage à leurs collègues qui se sont suicidés.

    Dossier:
    Mouvement des Gilets jaunes après 22 semaines de mobilisation (98)

    Lire aussi:

    «Nous allons envoyer ces navires US au fond de la mer avec des armes secrètes», promet un général iranien
    La photo de l’homme à l’origine de l’explosion à Lyon publiée
    L'acte 28 se poursuit place de la République à Paris avec des gaz lacrymogènes
    Tags:
    gilets jaunes, suicide, police, Paris, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik