France
URL courte
Incendie à Notre-Dame de Paris (157)
391156
S'abonner

Invité du «Grand Jury RTL, Le Figaro, LCI» dimanche 21 avril, Nicolas Dupont-Aignan, tête de liste Debout la France aux élections européennes, a émis «un doute» sur l’origine de la tragédie et s’est défendu du droit de poser la question.

L'incendie de Notre-Dame a été une tragédie pour la France. S'exprimant à ce sujet sur le plateau du «Grand Jury RTL, Le Figaro, LCI» dimanche 21 avril, Nicolas Dupont-Aignan s'est félicité du fait que cette «tragédie pour le pays» ait montré l'attachement des Français à la civilisation.

Il a cependant évoqué des choses qui l'avaient choqué.

«C'est que le seul fait que je pose la question de savoir ce qu'il s'est passé ce jour-là a suscité autant d'indignation de la petite classe politico-médiatique française. C'est-à-dire qu'on n'avait pas le droit de se poser cette question de savoir si c'était un acte de malveillance, un accident ou un attentat», a-t-il déploré.

Le chef de file de Debout la France s'est dit révolté que, dans une démocratie comme la France, on prenne tellement à cœur la pensée unique qu'on en devienne incapable de poser des questions et de parler librement.

«Parce qu'il y a un doute et tous les Français pensent qu'il y a un doute. Pour une raison très simple, c'est que j'écoute le procureur de Paris qui a très clairement dit qu'il fallait une longue enquête. Et quand dans un pays comme le nôtre, il y a plus de 1.000 incidents ou actes de malveillance antichrétiens qui sont cachés et qu'il y a un terrible incendie, c'est le devoir d'un homme politique de poser une question», a-t-il affirmé.

Il a jugé triste d'«avoir été le seul homme politique qui ose poser la question et qui s'interroge comme des millions de Français sur cette précipitation de l'ensemble des chaînes d'info à dire c'est pas un attentat, c'est pas un acte de malveillance».

M. Dupont-Aignan a également signalé qu'il aimerait qu'une commission d'enquête parlementaire se penche sur l'entretien des monuments historiques français.

«Je suis désolé, si la cathédrale qui a survécu aux révolutions, aux Guerres mondiales, est partie en fumée au 21ème siècle, c'est bien parce qu'il y a eu des défaillances», a-t-il renchéri, ajoutant qu'il avait lancé avec Debout la France une vaste pétition au succès grandissant afin de réclamer que Notre-Dame soit reconstruite à l'identique.

Un incendie s'est déclaré lundi 15 avril dans la cathédrale Notre-Dame de Paris. Le procureur de la République de Paris a indiqué mardi 16 avril que la piste accidentelle était privilégiée. Selon les pompiers, le feu serait «potentiellement lié» aux travaux de rénovation de ce monument historique, le plus visité d'Europe. Le Président Macron a annoncé le 16 avril qu'il voulait que la cathédrale soit rebâtie d'ici cinq ans.

Dossier:
Incendie à Notre-Dame de Paris (157)

Lire aussi:

Venue vider le logement de son père défunt, elle fait une découverte explosive
Le nombre de décès le plus élevé depuis avril et les nouveaux cas en baisse en 24h en France
«Nous sommes libres de décapiter»: des milliers de messages de bots envahissent des sites français
Tags:
enquête, incendie, accident, attentat, cathédrale Notre-Dame de Paris, incendie de Notre-Dame de Paris (2019), Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan, Paris
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook