Ecoutez Radio Sputnik
    Nathalie Loiseau

    Nathalie Loiseau revêt la casquette de Super Mario dans un jeu vidéo

    © AFP 2019 Anne-Christine POUJOULAT
    France
    URL courte
    19318

    La tête de liste LREM pour les européennes est devenue l’héroïne d’un jeu vidéo développé par le mouvement des Jeunes avec Macron et inspiré du fameux jeu Super Mario. Elle doit y affronter des frelons ressemblant à Donald Trump, Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon.

    En vue des élections européennes du 26 mai, un jeu vidéo baptisé Super Jam Bros et inspiré du légendaire Super Mario a été lancé le 9 mai par le mouvement des Jeunes avec Macron (Jam). La protagoniste de ce jeu n'est autre que la tête de liste LREM Nathalie Loiseau.

    Le principe du jeu est de faire en sorte que le personnage de Mme Loiseau récupère les étoiles du drapeau européen volées par des frelons ressemblant à Donald Trump, Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon.

    «Les insectes, c'est le game play initial. Ce sont des frelons asiatiques contre lesquels nous voulons lutter», a déclaré au HuffPost Martin Bohmert, le président des Jeunes avec Macron.

    ​Le jeu vidéo a été élaboré par la société allemande AdAsGame. Selon BFM TV, le mouvement Jam n'a pas dévoilé le prix de cette prestation mais il est estimé entre 5.000 et 10.000 euros.

    Ce n'est pas de la première fois qu'un jeu vidéo est développé afin de soutenir un candidat. Lors de la présidentielle de 2017, des soutiens de Jean-Luc Mélenchon avaient lancé «Fiscal Combat». Le leader de La France insoumise y incarnait alors un héros confisquant de l'argent aux plus riches.

    Lire aussi:

    Trump menace d'«effacer» l'Iran en cas d'attaque contre les USA
    Deux Eurofighter de l'armée allemande entrent en collision, un pilote tué (vidéos)
    Le drone US abattu par l'Iran a effectivement violé sa frontière, selon la Défense russe
    Tags:
    jeux vidéo, élections, élections européennes 2019, La République en Marche! (LREM), Nathalie Loiseau, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik