Ecoutez Radio Sputnik
    Emmanuel Macron

    À Paris, un individu en garde à vue puis relâché après son doigt d’honneur à Macron

    © AFP 2019 CHRISTOPHE PETIT TESSON / POOL / AFP
    France
    URL courte
    31434

    Lors de la cérémonie d'hommage national en l'honneur des deux soldats tués au Burkina Faso, un individu a été interpellé et placé en garde à vue après avoir adressé un doigt d'honneur au passage du cortège présidentiel, annonce LCI. Les poursuites ont toutefois été arrêtées en raison d'une irrégularité de procédure.

    La scène s'est déroulée à Paris, le jour de l'hommage national aux deux militaires tués au Burkina Faso. Un homme a été interpellé à l'angle de la rue de l'Université et de l'avenue Gallieni à Paris et placé en garde à vue pour avoir adressé un doigt d'honneur au convoi présidentiel qui se rendait aux Invalides, selon les informations de LCI confirmées par Le Parisien.

    L'individu se serait présenté comme l'un des organisateurs des manifestations des Gilets jaunes dans la capitale, relate LCI.

    Placé en garde à vue, il a été ensuite relâché en raison d'une irrégularité de procédure. Son dossier a été classé sans suite par le parquet de Paris.

    BFM TV rappelle que l'outrage contre le chef de l'État français est puni par les articles 23, 26, 36 et 37 de la loi sur la liberté de la presse du 29 juillet 1881 et peut coûter une amende pouvant atteindre 45.000 euros.

    Le 10 mai, l'Élysée a annoncé que les deux Français disparus le 1er mai lors de vacances au Bénin, ainsi qu'une Américaine et une Sud-Coréenne, tous les quatre détenus dans le Sahel, avaient été libérés lors d'une opération menée par les forces françaises. Deux militaires français, Alain Bertoncello et Cédric de Pierrepont, ont été tués lors de la libération des otages.    

    Lire aussi:

    Un joueur de rugby demande la nationalité française à Macron, voici la réponse du Président (vidéo)
    En défiant les USA, un pays membre de l’UE lance un réseau 5G avec l’aide de Huawei
    Macron et Castaner visés par une plainte à la Cour pénale internationale pour «crime contre l’humanité» (vidéo)
    Tags:
    garde à vue, doigt d'honneur, interpellation, Emmanuel Macron, Paris, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik