Ecoutez Radio Sputnik
    Acte 23 des Gilets jaunes, image d'illustration

    L’immobilier d'un Gilet jaune saisi pour payer les dégâts qu'il aurait causés

    © Sputnik .
    France
    URL courte
    293476

    Pour la première fois depuis le début du mouvement, trois appartements d’un homme se revendiquant des Gilets jaunes ont été saisis pour payer les dégâts qu'il aurait commis dans le cadre de la mobilisation, annonce Le Point.

    Deux hommes se revendiquant du mouvement des Gilets jaunes ont été mis en examen et écroués le 15 mai. Ils étaient poursuivis pour des faits de vandalisme sur huit équipements publics le long de l'autoroute A8 dans le Var, dont une station-service et des radars automatiques, entre le 26 décembre 2018 et le 6 mars dernier. Selon Le Point, la valeur des dégâts a été estimée à 233.000 euros.

    Comme l'indique l'hebdomadaire, c'est grâce à la vidéosurveillance de la station-service que l'un des deux suspects a pu être identifié. Sa présence sur les lieux des délits a été confirmée par son ADN retrouvé par les limiers varois. Grâce à la téléphonie et à la géolocalisation, les enquêteurs ont pu mettre la main sur son complice.

    Afin de rembourser les dégâts commis par incendies volontaires, l'un des deux mis en examen a vu ses biens immobiliers saisis. Il possède en effet trois appartements achetés à crédit, d'une valeur totale de 175.000 euros, précise Le Point.

    Comme l'indique le média, c'est la première fois qu'une telle mesure est décidée depuis l'apparition du mouvement des Gilets jaunes. Jusqu'à présent, les compagnies d'assurance ou collectivités prenaient en charge les indemnisations liées aux dégâts et aux violences.

    Lire aussi:

    L’Onu dit détenir des preuves de l’implication du prince héritier saoudien dans le meurtre de Khashoggi
    Para bellum: un ultimatum de Washington à l’Iran révélé
    Trump croit savoir qui a en réalité organisé les attentats du 11 septembre
    Tags:
    gilets jaunes, indemnisation, préjudice, immobilier, ADN, Le Var, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik