Ecoutez Radio Sputnik
    Emmanuel Macron

    Le Télégramme et La Voix du Nord, «Gaulois réfractaires» à la parole présidentielle

    © Sputnik . Alexey Vitvitsky
    France
    URL courte
    Par
    20572
    S'abonner

    Emmanuel Macron pèse de tout son poids dans la campagne des Européennes, à moins d'une semaine du vote, via une interview à la presse régionale. Une démarche critiquée sur le fond par son opposition et... sur la forme par certains médias invités, qui n'ont pas apprécié les «préférences» de l'Élysée en termes de contrôle de la parole présidentielle.

    Emmanuel Macron boycotté par des médias régionaux? Voilà un retournement de situation insolite. Lundi 20 mai après-midi, à l'occasion d'une interview donnée par le chef de l'État dans la foulée d'un déjeuner avec Donald Tusk, le président du Conseil européen, les journalistes du quotidien breton Le Télégramme ainsi que son homologue nordiste La Voix du Nord ne se sont pas présentés.

    ​«Quand on propose une interview, on peut toujours la refuser», déclare à Franceinfo Hubert Coudurier, directeur de l'information du quotidien breton, qui dans la forme est resté sobre et concis dans sa justification à cette fin de non-recevoir.

    «Le temps où notre journal attend une parole publique et le temps où nos dirigeants veulent peser dans le débat n'est pas toujours compatible», concède Le Télégramme.

    Du côté de La Voix du Nord, on met les points sur les «i». Son rédacteur en chef prend la plume pour justifier un tel choix auprès des lecteurs. Dans un cas comme dans l'autre, l'exercice de communication présidentiel n'a pas été du goût des deux rédactions.

    Dans un premier temps, la rédaction du quotidien nordiste rappelle qu'elle n'accepte plus les demandes de relecture depuis janvier 2018, des exigences courantes en France chez les politiques. Un engagement qui aurait alors été «très soutenu» par ses lecteurs, justifie ainsi La Voix du Nord. Du côté de l'Élysée, on assure que cette relecture était une «préférence» et non une «exigence» et que «si on nous avait dit non, l'interview aurait quand même eu lieu».

    Le Télégramme et La Voix du Nord ont-ils surréagi par rapport à ces demandes de relecture? C'est ce que l'on peut comprendre à la lecture de leur confrère de L'Écho républicain: «Tant qu'il ne s'agit que de vérifier le verbatim… ce qui, en l'occurrence, fut le cas lundi soir. Si tel n'avait pas été le cas, nous aurions choisi de ne pas publier.» «Nous nous assurons, notamment, que relecture ne signifie pas réécriture.»

    Notons toutefois qu'il ne s'agissait pas d'une simple demande de relecture. En effet, la version de l'article soumise à l'aval de l'Élysée était… à la demande du château, une version unique, coécrite sur place par les journalistes des différents quotidiens.

    Mais au-delà du simple respect de ce principe, le quotidien avance un argument massue: offrir à moins d'une semaine du vote une tribune au chef de l'État, qui soutient activement la liste de sa majorité pour les Européennes, serait injuste vis-à-vis des autres candidats:

    «Il nous a semblé qu'Emmanuel Macron rompait cet équilibre essentiel au débat démocratique», avance la rédaction de La Voix du Nord.

    Une ligne déjà défendue la veille, sur les réseaux sociaux, par le rédacteur en chef du titre nordiste ainsi que par son directeur général délégué et directeur de la publication, auprès de leurs confrères du service public: «à cinq jours du scrutin, cette interview du Président de la République avait valeur d'engagement, pour une liste», insiste Gabriel d'Harcourt au micro de Franceinfo.

    La rédaction du quotidien explique ainsi «veill[er] à ne pas avantager une liste par rapport à d'autres», rappelant que la presse quotidienne régionale, «c'est 18 millions de lecteurs». En somme, un formidable auditoire dans cette province d'où a émergé le mouvement des «Gilets jaunes» et qui, alors que les listes RN et Renaissance sont au coude à coude, apparaît capitale pour y délivrer un dernier message électoral.

    Un argument également avancé par Le Télégramme, qui souligne de son côté une «prise de parole très tardive, à cinq jours du scrutin, bousculait inévitablement l'imparfait équilibre politique que nous essayons d'entretenir lors de cette campagne électorale.» Le quotidien breton regrettant une campagne «déjà très bipolaire».

    ​Relevons une particularité de La Voix du Nord, par rapport à ses pairs de la presse régionale française: le quotidien régional du Nord est détenu par le groupe belge Rossel. Or, la Belgique est aujourd'hui 9e sur 180, dans le classement de la liberté de la presse de RSF. La France, elle, arrive à la 32e place.

    Européennes: Emmanuel Macron s’investit (un peu trop) dans la campagne LREM
    © Sputnik . Bruno Marty
    Européennes: Emmanuel Macron s’investit (un peu trop) dans la campagne LREM
    Tags:
    élections européennes, élections européennes 2019, La Voix du Nord, Le Télégramme, Rassemblement national (RN), Reporters sans frontières (RSF), Emmanuel Macron, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik