Ecoutez Radio Sputnik
    Un test nucléaire

    Paris admet que la Polynésie a été «mise à contribution» pour la «dissuasion nucléaire»

    CC BY 2.0 / Maxwell Hamilton / Nuclear Explosion Fantasy
    France
    URL courte
    31142
    S'abonner

    Le Parlement français a adopté jeudi 23 mai une réforme du statut d'autonomie de la Polynésie qui reconnaît que celle-ci a été «mise à contribution» dans «la construction de la capacité de dissuasion nucléaire» et que cette participation n'était pas volontaire.

    Les députés français ont reconnu le rôle tenu par la Polynésie dans la capacité de dissuasion nucléaire du pays.

    Ainsi, dans un texte adopté jeudi 23 mai, Paris admet que la région a été «mise à contribution» dans le cadre de «la construction de la capacité de dissuasion nucléaire» et de la défense nationale, et que cette participation n'était pas volontaire.

    Patrice Bouveret, de l'Observatoire des armements, une organisation indépendante qui évalue les effets des essais nucléaires français en Polynésie depuis 1984, s'est félicité de ce document, indique The Telegraph. Selon lui, le texte reconnaît le fait que la santé des populations locales aurait pu être affectée et qu'il incombe à l'État français de les indemniser. Il a rappelé que, jusqu'ici, la France avait toujours parlé de tests «propres» et affirmé qu'elle avait pris toutes les précautions.

    Le texte indique également que l'État «assure l'entretien et la surveillance des sites concernés» par ces essais et «accompagne la reconversion économique et structurelle de la Polynésie française consécutivement à la cessation des essais nucléaires».

    «C'est une déclaration de principe attendue depuis longtemps» qui «va permettre de reconnaître non seulement les douleurs engendrées aux familles et aux victimes, mais aussi permettre de mieux les indemniser», a affirmé dans ce contexte la députée socialiste George Pau-Langevin.

    Pour la députée polynésienne Maina Sage, l'article 1er du texte «consacre la reconnaissance de la République» au rôle de la Polynésie dans «l'histoire du nucléaire français», ainsi que «la reconnaissance des actes clairs de réparation» et «le fait que cela devait se traduire par un accompagnement sur le plan sanitaire, écologique et économique.»

    Le député polynésien Moetai Brotherson a estimé, pour sa part, que le nouveau document n'améliorerait pas le sort des victimes des essais nucléaires et a rappelé que dix dossiers de demandes d'indemnisation sur douze venaient d'être rejetés par le tribunal administratif de Papeete. Et ce, en raison d'un amendement, qui a, selon lui, «réintroduit» la notion de «risque négligeable», terme qui avait été supprimé en 2017 parce qu'il empêchait un grand nombre de malades d'être indemnisés.

    Le président de la Polynésie française, Édouard Fritch, avait dès novembre 2018 reconnu devant l'assemblée locale avoir «menti» aux Polynésiens.

    «Pendant trente ans, nous avons menti à cette population, que les essais étaient propres», avait-il indiqué devant les élus de l'Assemblée de la Polynésie française.

    De 1966 à 1996, les atolls de Mururoa et de Fangataufa ont été le théâtre de 193 essais nucléaires, qui ont eu un grand impact sur la santé des populations et sur l'environnement.

    Des documents déclassifiés du ministère de la Défense avaient précédemment révélé que les tests étaient plus toxiques qu'estimé auparavant. Ainsi, selon les rapports, Tahiti aurait été exposée à 500 fois plus de radiations que les niveaux acceptables.

    Tags:
    malades, documents, documents déclassifiés, indemnisation, tests nucléaires, députés, santé, victimes, The Telegraph, Édouard Fritch, Tahiti, Polynésie française, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik