Ecoutez Radio Sputnik
    La police de Lyon après une explosion qui a fait des blessés

    Les arrestations s'enchaînent suite à l'attaque au colis piégé à Lyon

    © AFP 2019 JEFF PACHOUD
    France
    URL courte
    Explosion d'un colis piégé à Lyon (16)
    1348
    S'abonner

    Trois jours après l’explosion d’un colis rempli de boulons en plein centre de Lyon, deux suspects ont été interpellés en lien avec cette attaque. L’auteur présumé serait un étudiant en informatique de 24 ans d’origine algérienne. Une femme et le père du principal suspect ont également été interpellés et placés en garde à vue dans l'après-midi.

    Christophe Castaner a annoncé lundi 27 mai l'interpellation d'un suspect en lien avec l'explosion d'un colis piégé dans le centre de Lyon qui a fait vendredi 13 blessés. L'homme de 24 ans est soupçonné d'être l'auteur de l'attaque. Il a été arrêté sur la voie publique à 09h55 dans le 7e arrondissement par la police judiciaire de Lyon dans le cadre d'une filature depuis son domicile, où les enquêteurs redoutaient la présence d'explosifs, d'après une source proche du dossier. Selon le maire de Lyon, Gérard Collomb, il s'agit d'un étudiant en informatique qui a été arrêté dans le calme à la descente d'un bus. Plusieurs médias, dont Le Point et Marianne, indiquent que le jeune homme est d'origine algérienne. 

    Peu après, Gérard Collomb a annoncé sur BFMTV l'interpellation d'un deuxième suspect. Le parquet de Paris, qui s'est saisi de l'affaire, a confirmé cette nouvelle garde à vue.

    Dans l'après-midi, le parquet de Paris a annoncé deux autres arrestations. Une femme et le père de l'homme suspecté d'avoir déposé le colis piégé dans une rue passate de Lyon ont été à leur tour interpellés et placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête.

    Une enquête avait été ouverte dès vendredi 24 mai pour «tentative d'assassinats en relation avec une entreprise terroriste et association de malfaiteurs terroriste criminelle».​ L'attaque n'a pas été revendiquée.

    Des traces d'ADN ont été retrouvées sur les restes du colis, selon une source proche de l'enquête. L'explosif utilisé était du TATP, explosif artisanal très instable, qui avait notamment été utilisé dans les attentats du 13 novembre 2015 à Paris.

    Le colis piégé, qui renfermait notamment des boulons, des vis, et des billes en métal, avait été déposé vendredi en fin d'après-midi devant une boulangerie de la rue Victor Hugo, près de la gare de Lyon-Perrache.

    Dossier:
    Explosion d'un colis piégé à Lyon (16)
    Tags:
    colis piégé, suspect, Christophe Castaner, Lyon, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik