France
URL courte
2183
S'abonner

Après son échec aux européennes, Florian Philippot est-il de retour dans l’administration? Selon France Inter, le président des Patriotes vient d’envoyer une demande formelle à l’Inspection générale de l’administration pour demander sa réintégration. L’intéressé dément l’information.

Après la défaite des Patriotes aux européennes, à l’occasion desquelles Florian Philippot a rassemblé moins de 150.000 voix, France Inter a annoncé que l’homme politique avait envoyé une demande formelle à l’Inspection générale de l’administration pour demander sa réintégration.

En réponse à cet article, Florian Philippot a démenti dans un tweet l’information, assurant qu'il n'avait «pas envoyé de courrier» à l'Inspection générale de l'administration:

«Maxence Lambrecq m’apprend ce matin que j’ai envoyé un courrier que je n’ai pas envoyé. Il aurait mieux fait de m’appeler avant d’écrire une fausse info. Croiser les sources et vérifier ça s’appelle normalement du journalisme...»

Néanmoins, France Inter maintient ses informations.

«Il va retourner compter les gommes et les stylos dans une sous-préfecture», s’amuse un proche de Marine Le Pen, cité par la radio.

En France, le Rassemblement national est arrivé en tête des élections européennes avec 23,31% des voix, devant La République en marche, 22,41%, selon les résultats définitifs publiés lundi 27 mai par le ministère de l'Intérieur. Florian Philippot n’a rassemblé que 0,65% des suffrages, loin derrière le Parti animaliste (2,17 %) et François Asselineau (1,17 %).

Lire aussi:

Et si les vaccins étaient inutiles et inefficaces? La France face au péril du variant brésilien
Finkielkraut «bug» en plein direct sur CNews, n’ayant pas compris que l’émission avait commencé – vidéo
La Russie annonce répondre à un déploiement massif de troupes de l'Otan à sa frontière
Tous vaccinés contre tous confinés: «il existe une troisième alternative»
Tags:
Marine Le Pen, Les Patriotes, élections européennes, Florian Philippot, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook