France
URL courte
3935166
S'abonner

En faisant son jogging à Nancy, un militaire de l’opération Sentinelle hors service a croisé le 30 mai un équipage de policiers en intervention. Ceux-ci ont décidé de procéder à un contrôle d’identité mais il s’est montré agressif et s’est opposé violemment à son interpellation.

Du jogging, ce militaire de l’opération Sentinelle a fini en garde à vue, raconte L’Est Républicain.

Les faits se sont déroulés le 30 mai au matin, vers 9h30, dans la rue des Dominicains à Nancy. Tout a commencé par une intervention banale. Ayant arrêté un individu responsable d’une bagarre, une équipe de policiers a repéré un homme qui faisait son jogging.

Ce dernier a alors fait une remarque à une brigadière qui tenait son téléphone portable à la main. «Pas de téléphone en service», aurait-il lancé sur un ton agressif, avant de continuer à courir.

L’équipage de policiers a rattrapé cet homme, qui a par ailleurs traversé la route au feu rouge pour les piétons.

«Qu’est-ce que vous me voulez ? Je travaille avec vous, je suis responsable Sentinelle», aurait-t-il affirmé, refusant de se soumettre à un contrôle d’identité. Les policiers ont alors décidé de le conduire au commissariat afin de procéder à des vérifications, mais ont encore une fois essuyé un vif refus.

Ils l’ont alors plaqué au sol en effectuant un étranglement avant de parvenir à le menotter alors qu’il s’y opposait violemment. Le militaire aurait également menacé les policiers de représailles hiérarchiques. La scène a été entièrement filmée par vidéosurveillance, selon le média.

Placé en garde à vue et convoqué devant le tribunal, il sera jugé en février 2020 pour violence et rébellion

Lire aussi:

Marine Le Pen dévoile le nom de son ministre de la Justice en cas de victoire en 2022
Un jeune homme tué à coups de couteau et de tesson de bouteille dans le métro de Lyon
Appelés pour des cris et des insultes provenant d’un appartement, les policiers découvrent une drôle de situation
Tags:
bagarre, opération Sentinelle, Nancy, jogging
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook