Ecoutez Radio Sputnik
    Image d'illustration

    Après 7 ans d’enquête, 18 policiers de la BAC Nord de Marseille renvoyés devant le tribunal

    © AFP 2019 JACQUES DEMARTHON
    France
    URL courte
    11230
    S'abonner

    Accusés de vols aggravés, 18 policiers de l’affaire de la BAC Nord de Marseille, ouverte il y a sept ans, devront comparaître devant le tribunal correctionnel, a indiqué l’AFP. Des stupéfiants, de l’argent liquide avaient été retrouvés dans les domiciles perquisitionnés de certains policiers.

    L’affaire de la BAC Nord de Marseille a évolué: sept ans après l’ouverture de l’enquête sur les soupçons de racket mené par des membres de l’unité, 18 policiers concernés ont été renvoyés devant le tribunal correctionnel, a affirmé l’AFP en se référant à une source judiciaire.

    La décision a été prise par le procureur, selon lequel les interventions des trois groupes de la BAC Nord étaient devenues un «prétexte, soit à l’attribution de produits en vue d’une éventuelle rémunération d’informateurs officieux, soit à un enrichissement personnel», a précisé l’instruction.

    À la suite des perquisitions réalisées, de l’argent liquide et des barrettes de cannabis avaient été découverts aux domiciles de certains policiers, ainsi que dans les vestiaires et les faux plafonds des douches de ces unités.

    La mise en examen pour vols de drogue, de cigarettes ou d’argent a été motivée par les enregistrements de conversations téléphoniques comme dans des voitures de la BAC et les bureaux. Ces échanges avaient été sonorisés en 2012.

    Les interventions présumées des policiers s’étaient déroulées entre janvier 2011 et octobre 2012 à Marseille et dans le département des Bouches-du-Rhône, est-il précisé.

    Des sanctions administratives ont déjà été infligées à certains policiers dont trois ont été révoqués et un quatrième, rétrogradé. Les autres ont écopé de suspensions allant jusqu’à plusieurs années ou de blâmes.

    Tags:
    perquisition, enquête, tribunal, drogue, police, Marseille
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik