Ecoutez Radio Sputnik
    Ryanair

    Le PDG de Ryanair s’indigne contre l’écotaxe aérienne française

    © AP Photo / Shawn Pogatchnik
    France
    URL courte
    588
    S'abonner

    L’écocontribution aérienne, allant de 1,50 à 18 euros pour chaque billet d’un vol partant de France a été fustigée par le PDG de Ryanair, compagnie aérienne à bas prix, interrogé par Le Soir. L’homme d’affaires a affirmé que des politiques, surtout français, entravaient le fonctionnement du trafic aérien européen.

    À la suite de l’annonce du gouvernement français de mettre en place une écotaxe sur les billets d’avion, le PDG de Ryanair, Michael O’Leary, a exprimé son mécontentement à l’égard de cette nouvelle politique, dans une interview accordée au quotidien belge Le Soir.

    Une faute d’hommes politiques «surtout en France»

    «Quand Macron met une taxe soi-disant écologique sur le diesel, il a les Gilets jaunes. Mais quand on dit qu'on va taxer l'aviation, personne ne bouge». Ainsi a-t-il déploré l’absence de réaction sociale à cette nouvelle taxation. «Les politiques ne manquent pas de culot, surtout en France», a ajouté le patron de la compagnie aérienne irlandaise.

    Avec cette mesure, Michael O’Leary a regretté que des hommes politiques français entravent la gestion du trafic aérien en Europe:

    «C’est eux qui calent dans l’application d’un ciel unique européen, qui maintiennent des frontières dans les airs, obligeant les avions à des détours».

    Il a également évoqué des problèmes survenant lorsque des services aériens français font grève:

    «C’est eux [les politiques, ndlr] qui défendent le monopole des contrôleurs aériens français qui obligent des avions qui relient l’Espagne à l’Italie à faire d’immenses détours et des dépenses de carburant quand le contrôle aérien de Marseille est en grève».

    L’inégalité envers le transport aérien en matière de taxes

    «Si les gouvernements européens appliquaient ce qu'ils disent qu'ils vont faire depuis des années, on économiserait déjà 10% de notre consommation et de nos émissions. Mais ça fait des années que rien ne bouge. L'automobile va tripler ses émissions dans les prochaines années, la Chine et l'Inde vont les doubler et, non, c'est toujours l'avion qu'il faut taxer», a-t-il poursuivi en expliquant l’injustice des écotaxes aériennes.

    Le PDG de Ryanair a ajouté que de nombreuses contributions aériennes existaient: «On paye déjà des millions de taxes. En moyenne, chez Ryanair, chaque passager paye 4 euros de taxes environnementales par trajet, 10% du prix».

    Détails sur l’écotaxe française

    Cette mesure, décidée mardi 9 juillet lors du deuxième Conseil de défense écologique présidé par Emmanuel Macron, sera intégrée au projet de loi de finances 2020 et s'appliquera à toutes les compagnies aériennes.

    L'écotaxe qui s'appliquera aux vols partant de France et non à ceux arrivant, sera de 1,50 euro en classe éco pour les vols intérieurs et intraeuropéens, de 9 euros pour ces vols en classe affaire, de 3 euros pour les vols en classe éco hors UE et de 18 euros pour ces vols en classe affaire, a précisé la ministre française des Transports, Élisabeth Borne.

    Cette taxe devrait rapporter 182 millions d'euros à partir de 2020. Ils seront consacrés à des investissements dans des infrastructures de transport plus écologiques, notamment dans le domaine ferroviaire, selon la ministre.

    Ecotaxe: l’avion, nouvelle vache à lait du gouvernement?
    © Sputnik .
    Ecotaxe: l’avion, nouvelle vache à lait du gouvernement?
    Tags:
    Élisabeth Borne, avion, gilets jaunes, Emmanuel Macron, homme politique, contrôleur aérien, trafic aérien, France, compagnie aérienne, Ryanair
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik