France
URL courte
10130
S'abonner

Alors que la canicule s’abat sur la France, de nombreuses personnes cherchent des endroits frais, comme l’espace naturiste du bois de Vincennes, qui bat des records de fréquentation. Mais ses visiteurs affirment être dérangés par des pervers.

De plus en plus de naturistes se rendent dans l’espace spécial du bois de Vincennes pour s’y réfugier lors des fortes chaleurs qui sévissent dans l’Hexagone. Pourtant, ils ne s’y sentent pas en pleine harmonie avec la nature à cause de pervers, explique Julien Claudé-Pénégry, le porte-parole de l'Association des naturistes de Paris (ANP), qui est également vice-président de la Fédération française de naturisme (FFN), cité par des médias.

«Nous avons en effet pu constater des comportements de voyeurisme, d'exhibitionnisme, ainsi que d'autres à caractère sexuel», a-t-il expliqué.

Comme l’a raconté au Monde le naturiste William, cité par Le Monde, «les pervers jouent sur l’ambiguïté de la mixité» et il n’est pas facile de rester en sérénité.

«Il n’y a pas de toilettes, mais pour les hommes, c’est plus facile, on peut aller dans les bois. Pour les femmes, c’est plus compliqué, il y a des pervers embusqués dans les bosquets qui les surveillent», ajoute-t-il.

D’après Julien Claudé-Pénégry, les pervers s’y rendent pour «assouvir leurs pulsions».

«Nous avons des valeurs à défendre, basées sur la bienveillance et le savoir-vivre. Cela n'empêche que certaines personnes se fichent de cet art de vivre et viennent corrompre la quiétude qui doit perdurer dans cet espace.»

Lire aussi:

Un élu centriste de Paris explique le lynchage de Yuriy par l’impossibilité d’«aller au sport»
Agression de Yuriy à Paris: sa mère donne de ses nouvelles - photo
Une septuagénaire affirme avoir été tabassée pour avoir photographié un resto ouvert en plein couvre-feu - photo choc
Le chef du Conseil scientifique prévient du risque d'une situation extrêmement difficile dès la mi-mars en France
Tags:
surveillance, nudité, exhibitionnisme, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook