Ecoutez Radio Sputnik
    un véhicule des sapeurs-pompiers (image d'illustration)

    Des pompiers agressés à Amiens par l’individu qu’ils voulaient secourir

    CC0 / djedj
    France
    URL courte
    3210
    S'abonner

    Appelés pour venir en aide à un individu souffrant d’un malaise sur la voie publique, des pompiers ont été victimes d’une agression infligée par cette même personne. Une plainte a été déposée par les secouristes contre leur agresseur alcoolisé.

    Trois sapeurs-pompiers de la Somme ont subi une agression de la part d’un individu, alors qu’ils tentaient de lui venir en aide, samedi 14 septembre, à Amiens, rapporte France Info.

    Intervenus sur place pour secourir un homme qui souffrait d’un malaise et gisait inerte au sol sur la voie publique, rue René-Fonck, l’équipe de pompiers a été la cible d’une attaque. Tout à coup, l’un des soldats du feu a été frappé au visage par l’individu alors que le pompier tentait de le relever.

    Selon le quotidien, après la première attaque, l’homme s’est mis à agresser deux autres secouristes avec des insultes et des crachats, ne voulant pas obtempérer.

    L’agresseur, en état d'ébriété, a ensuite été interpellé par la police d’Amiens et placé en garde à vue.

    Comme l’indique France Info, les sapeurs-pompiers ont décidé de déposer une plainte.

    «Avec les agressions verbales qu'on subit quotidiennement, on pourrait porter plainte trois à quatre fois par jour. Et encore, je suis gentil, raconte un officier du service départemental d'incendie et de secours (SDIS) 80. Mais les agressions physiques, ce n'est pas commun. En tout cas on ne laissera pas passer ce genre de comportement.»

    Lire aussi:

    Un ex-colonel de l’Armée de l’air: en Algérie, «il y a une contre-révolution»
    La France va expérimenter dès 2020 une «monnaie centrale digitale»
    Premières dégradations à Paris en marge de la manifestation du 5 décembre - images
    Tags:
    sapeurs-pompiers, pompiers, agression, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik