Ecoutez Radio Sputnik
    Un clavier d'ordinateur

    Une peine de prison et une obligation de soins psychologiques pour des propos violents contre les migrants sur le Net

    © CC BY-ND 2.0 / Rachel Johnson
    France
    URL courte
    161440
    S'abonner

    Pour deux publications haineuses contre les migrants sur un forum du site JeuxVideo.com, un internaute a été condamné à trois mois de prison avec sursis avec une obligation de soins psychologiques. Selon le jugé coupable, sa haine, déversée sur Internet, s’explique par son addiction à l’alcool à cause de sa solitude.

    Un jeune homme de 25 ans, habitant de Pomponne, en Seine-et-Marne, a été condamné à trois mois de prison avec sursis et mise à l’épreuve après avoir publié des propos haineux envers les migrants sur un forum du site JeuxVideo.com, rapporte Le Parisien.

    Selon le quotidien, il a été accusé pour des faits de «provocation publique à la haine ou à la violence en raison de l'origine, par écrit ou moyen de communication», commis le 17 septembre 2018 et le 10 avril 2019.

    La plateforme de signalement des contenus illicites sur Internet nommée Pharos, créée en 2009, et qui dépend de la direction centrale de la police judiciaire, a réussi à repérer l’auteur de ces provocations publiques. Il a été ainsi interpellé et placé en garde à vue pour donner des explications, avant d’être relâché. Pourtant, cette mise en garde n’a pas empêché le jeune homme de reprendre ses publications haineuses après sa sortie de cellule.

    «J'étais en colère et j'avais de nouveau picolé. J'ai lu un article sur des coups de couteau dans un camp de migrants», a-t-il tenté de se justifier à la barre. En outre, le jeune homme a expliqué qu’il déversait sa haine sur les réseaux sociaux à cause de son addiction à l’alcool, liée à sa solitude.

    Le quotidien indique aussi que suite à son comportement dangereux, le parquet de Meaux oblige le détenu à suivre des soins psychologiques.

    Tags:
    accusations, Internet, prison, tribunal, haine, migrants, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik