Ecoutez Radio Sputnik
    anesthésie (image d'illustration)

    Il volait des cartes bancaires à des patients anesthésiés dans des hôpitaux de Toulouse

    CC0 / Engin_Akyurt
    France
    URL courte
    9221
    S'abonner

    Pénétrant dans des hôpitaux de différentes régions françaises et profitant de ce que ses victimes étaient anesthésiées, cet arnaqueur a su leur voler des dizaines de milliers d’euros avant d’être finalement arrêté dans un casino de Bordeaux, écrit La Dépêche.

    Plus de 20 cartes bancaires ont été volées par un individu de 51 ans qui a choisi pour ses délits un mode opératoire très particulier.

    Selon La Dépêche, la plupart des faits ont eu lieu dans des hôpitaux et des cliniques où le voleur s’introduisait pour dérober des cartes bancaires des patients qui se trouvaient sur la table d’opération. Une fois dans sa chambre mais toujours sous l’effet de l’anesthésie, la victime recevait un appel téléphonique. Son interlocuteur se faisait passer pour un policier qui voulait savoir le code secret de la carte.

    Il a ainsi été dérobé à l’une des victimes fin juin près de 1.000 euros en moins de 24 heures. Ce fait ainsi que quatre cas similaires qui ont eu lieu à Toulouse le même jour ont poussé les policiers de la brigade territoriale du Mirail à lancer une investigation. Cette dernière les a conduits à la découverte d’une chambre d'hôtel dans laquelle le malfaiteur avait séjourné.

    Il s’est avéré par la suite qu’une vingtaine de vols avec le même mode opératoire avaient été commis dans plusieurs départements de la région et dans d’autres coins de la France. Les préjudices variaient entre plusieurs dizaines et des milliers d'euros.

    Le malfaiteur a été finalement repéré et interpellé le 2 octobre dans un casino de la ville de Bordeaux avec plus de 2.000 euros d'argent liquide dans ses poches et une dizaine de bijoux volés dans sa chambre d’hôtel. Très connu par les services de police, l’homme a reconnu les faits et a été présenté au parquet de Toulouse.

    Tags:
    Toulouse, escroquerie, hôpital, carte de paiement
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik