France
URL courte
19327
S'abonner

Deux tiers des Français prônent l’interdiction de signes religieux ostensibles, dont le port du voile, pendant les sorties scolaires, révèle un sondage Ifop-Fiducial.

Deux Français sur trois se sont prononcés en faveur de l’interdiction de signes religieux ostensibles pour les parents d’élèves qui accompagnent les sorties scolaires, selon une enquête Ifop-Fiducial réalisée après la diffusion d'une affiche de la FCPE montrant une femme voilée lors d’une sortie scolaire.

Qui plus est, 37% des sondés ont indiqué être «très favorables» à cette interdiction, quand 18% y sont «plutôt opposés» et 16% «très opposés».

Concernant leur réaction à l’affiche en question, 34% des Français se sont déclarés indifférents, 22% ont indiqué ressentir de la colère et 25% du rejet. À l’inverse, elle a suscité la satisfaction de 14% et l’enthousiasme de 5% des personnes interrogées.

Dans le même temps, pour 65% des Français, l’affiche «représente une atteinte au principe de laïcité», tandis que 69% des sondés estiment que «la FCPE flatte le communautarisme à quelques semaines des élections des parents d’élèves».

Voile islamique au conseil régional

Le sondage a été conduit fin septembre, c’est-à-dire bien avant la polémique déclenchée le week-end dernier par le député RN Julien Odoul qui avait demandé à une accompagnatrice scolaire présente à une séance du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté de retirer son voile.

C’est Julien Odoul lui-même qui a publié la séquence en question sur son compte Twitter. Depuis, la vidéo a été visionnée près de quatre millions de fois.

Lire aussi:

Risque de guerre civile: «La situation est bien plus grave que ce que les gens imaginent», selon Me de Montbrial
Une jeune femme violée dans le métro parisien, son agresseur déjà arrêté 11 fois pour des infractions sexuelles
Un sondage donne la personnalité politique préférée des Français
Après un échange sur le racisme, Booba vire Jean Messiha du plateau de TPMP
Tags:
port du voile
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook