France
URL courte
468
S'abonner

Une Meldoise de 24 ans a été condamnée pour la septième fois par le tribunal correctionnel pour avoir harcelé par téléphone le commissariat de Meaux. Interrogée afin de savoir si elle comptait recommencer, elle a simplement lancé: «Je ne sais pas».

Le 18 octobre, le tribunal correctionnel de Meaux a condamné pour la septième fois une jeune femme pour avoir passé des appels malveillants au numéro «17», raconte Le Parisien. 

Celle-ci, âgée de 24 ans, harcelait régulièrement par téléphone le commissariat de Meaux ainsi que les policiers et gendarmes répondant au numéro d'urgence.

Cette fois, elle a écopé de deux ans de prison, dont un an ferme qu'elle effectuera en semi-liberté.

Selon le média, elle est restée «pratiquement mutique derrière la vitre du box du tribunal, malgré les efforts déployés par son avocate et par le président Guillaume Servant». Quand le magistrat lui a demandé si elle recommencerait, elle a ainsi simplement répondu: «Je ne sais pas».

«La prévenue avait par ailleurs multiplié les outrages et les menaces de mort, par téléphone, à l'encontre d'une policière du commissariat de Meaux. Elle était même allée jusqu'à taguer le prénom et le nom de la fonctionnaire, ainsi qu'un numéro de téléphone, sur le mur d'un bâtiment du quartier de Beauval», relate le journal.

«Il y a quelque chose d'obsessionnel dans ce comportement, au-delà d'être délictuel», a noté l’avocate de la partie civile.

Lire aussi:

La France passe la barre des 10.000 décès et enregistre 518 nouveaux cas graves de Covid-19
«Aphrodisiaque», la viande de chien est réservée aux hommes, dans le nord du Togo
Covid-19: en Afrique, inquiétudes et amalgames sur les intentions de la France
Tags:
condamnation, police, harcèlement, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook