Ecoutez Radio Sputnik
    L'hôtel de ville de Gonesse (Val-d'Oise), France

    Fiché S, l’ex-imam de la mosquée fréquentée par Mickaël Harpon se plaint de menaces de mort

    CC BY-SA 3.0 / Clicsouris
    France
    URL courte
    Attaque à la préfecture de police de Paris (37)
    33322
    S'abonner

    L’ancien imam de Gonesse, fiché S et visé par une mesure d'expulsion en 2015, a porté plainte pour avoir été menacé de mort, a annoncé son avocat à BFM TV. L’imam officiait dans la mosquée où se rendait souvent l’auteur de l’attaque à la préfecture de police de Paris.

    Ahmed Hilali, imam fiché S qui a été interrogé dans le cadre de l’affaire de l’attaque à la préfecture de police de Paris, a reçu la semaine dernière des menaces de mort, a déclaré à BFM TV son avocat. Ce lundi 21 octobre, l’ancien imam «secondaire», visé par une expulsion en 2015 et récemment écarté du service à Gonesse, s’est présenté au commissariat de Gonesse et a porté plainte, a précisé la chaîne.

    Il a tenu des offices à la mosquée de Gonesse, dans le Val-d'Oise, que Mickaël Harpon, le tueur de la préfecture de police de Paris, fréquentait régulièrement.

    Il s’agit notamment d’insultes menaçantes qu’il a reçues dans une enveloppe lui étant adressée avec l’inscription «personnel». Inscrites en majuscules, les menaces promettaient de «tuer», «enlever» Ahmed Hilali ou encore de lui «faire manger du porc», sans compter des insultes plus graves.

    Imam fiché S

    Dans le cadre de l’enquête sur l’attaque à la préfecture de police de Paris, l’imam fiché S a été écarté du service et n'officiera désormais plus dans la salle de prière de Gonesse. Il a passé 48 heures en garde à vue, puis a été libéré sans aucune charge.

    En 2015, Ahmed Hilali avait fait l’objet d’une mesure d’obligation de quitter le territoire français (OQTF), notamment en raison de ses prêches radicaux et de ses fréquentations, avait indiqué le député François Pupponi (ex-PS), ancien maire de Sarcelles où officiait l’imam à l’époque.

    Dans un commentaire à BFM TV, Ahmed Hilali avait condamné l’attaque et déclaré ne pas connaître l’assaillant.

    L’assaillant converti à l’islam

    Mickaël Harpon, qui vivait à Gonesse, était converti à l'islam depuis une dizaine d'années et fréquentait des membres de la mouvance «islamiste salafiste», avait déclaré le procureur antiterroriste.

    L’attaque au couteau qu’il a perpétrée le 3 octobre à la préfecture de police de Paris a fait quatre morts -trois policiers et un agent administratif- ainsi qu’un blessé grave.

    Dossier:
    Attaque à la préfecture de police de Paris (37)
    Tags:
    plainte, menace de mort, Mickaël Harpon, mosquée, imam, attaque, France, Paris
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik