Ecoutez Radio Sputnik
    Messerangriff (Symbolbild)

    «L'apologie du terrorisme» pas retenue pour l’attaque au couteau dans un commissariat de Saint-Denis

    © Sputnik . Tabyldy Kadyrbekow
    France
    URL courte
    11124
    S'abonner

    L’homme qui s’est jeté samedi avec une arme blanche sur une jeune fille au commissariat de Saint-Denis de la Réunion encourt une peine de 10 ans. Pourtant, l’«apologie du terrorisme» n’a pas été retenue.

    «L'apologie du terrorisme» n'a pas été retenue à l'encontre de l'homme qui a attaqué samedi au couteau une jeune fille dans un commissariat de Saint-Denis de La Réunion en criant «Allahu akbar», rapporte l’AFP se référant à l’annonce faite lundi par le procureur de Saint-Denis, Éric Tufféry.

    À ce stade, les enquêteurs «n'ont pas trouvé à son domicile des éléments indiquant qu'il soit radicalisé» et «il n'y a pas de preuve que [son] passage l'acte soit lié à des faits de radicalisation», a souligné le magistrat.

    Une information judiciaire a été ouverte pour «violence avec arme, avec préméditation, dans un lieu public».

    L'homme a été placé en détention provisoire. Il encourt une peine de 10 ans d'emprisonnement.

    Selon le procureur, l'agresseur âgé de 20 ans a eu «des déclarations qui ont varié» au fil de ses auditions. Dans un premier temps, il avait indiqué avoir voulu «faire honte» à son père, «car il savait que cette agression et le fait de crier "Allahu akbar" ["Dieu est le plus grand", en arabe] seraient médiatisés».

    Le jeune homme s'est ensuite rétracté et a déclaré «entendre des voix qui lui disaient que des membres de sa famille allaient mourir» et qu'il avait été «victime d'un sort». Des propos «relativement incohérents, selon le procureur.

    Ses proches «ont fait état d'une dégradation de son comportement depuis quelques semaines», a précisé le magistrat, cité par l’AFP, indiquant que le juge d'instruction allait «demander une expertise psychologique».

    «C'est une montagne qui accouche d'une souris», a jugé son avocat Me Fabian Gorce, «pas surpris que le juge d'instruction n'ait pas retenu l'apologie du terrorisme».

    Originaire de Mayotte, l'homme qui vivait à La Réunion depuis plusieurs années a sonné samedi après-midi au portillon du commissariat. À son entrée dans le bâtiment, il s'est immédiatement jeté sur une jeune fille de 16 ans dans le hall qui n'a aucun lien avec son agresseur.

    Il lui a placé un couteau sous la gorge en criant «Allahu akbar», a précisé lundi le procureur. Il avait expliqué samedi que l'agresseur avait crié lorsqu'il avait été plaqué au sol.

    Avant de le maîtriser, les policiers l'ont mis en joue et sommé à plusieurs reprises de lâcher son arme. L'agresseur a fini par obtempérer.

    L'adolescente agressée n'a pas été blessée mais elle a été fortement «choquée», a précisé le procureur.

    Tags:
    apologie du terrorisme, attaque au couteau, La Réunion
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik