Ecoutez Radio Sputnik
    ITER

    Le «coffre» du plus grand réacteur à fusion nucléaire du monde pour une énergie «illimitée» finalisé

    © AFP 2019 CHRISTOPHE SIMON
    France
    URL courte
    3014227
    S'abonner

    La construction de la caisse en béton du futur réacteur à fusion nucléaire ITER est terminée. C’est donc un nouveau pas important vers la réalisation du projet international ambitieux qui vise à fournir de l’énergie non polluante et en quantités quasi illimitées. Les premières expériences devraient se dérouler en 2025.

    Le groupe Vinci a terminé la construction du «coffre» de béton et d'acier du futur réacteur à fusion nucléaire ITER. Les ingénieurs procèdent maintenant à l’assemblage des millions de pièces composant le réacteur.

    Inspiré par un avenir plus «vert», 35 pays, la Chine, les 28 pays de l'Union européenne, la Suisse, l'Inde, le Japon, la Corée, la Russie et les États-Unis, coopèrent actuellement dans le cadre de ce projet qui a pour but de fournir à la planète une grande quantité d’énergie non polluante et en quantités quasi illimitées.

    Actuellement, les centrales nucléaires construites à travers le monde fonctionnent sur le principe de la fission nucléaire à l’origine de nombreux déchets radioactifs. Mais ITER propose une solution propre. Il serait possible d’obtenir de la chaleur et de la lumière grâce à la fusion des atomes d’hydrogène qui forment ainsi de l’hélium. Cependant, pour faire fusionner deux atomes, il faut les chauffer à plus de 100 millions de degrés, jusqu'à obtenir un nuage de plasma qui doit être stabilisé pour qu’il puisse libérer de l’énergie. Des aimants ultrapuissants doivent intervenir pour le maintenir à bonne distance des parois.

    Grand défi technique

    Globalement, ce projet international ambitieux constitue sans doute l’un des plus grands défis techniques que l’Homme ait jamais eu à relever.

    Contrairement à un certain nombre de réacteurs de ce genre qui fonctionnent déjà à travers le monde, ce nouveau réacteur de 73 mètres de haut devrait se distinguer par sa puissance plus élevée. Il pourrait générer des flux de plasma dix fois plus épais et réussir à les maintenir suffisamment longtemps pour que des réactions de fusion nucléaire puissent se produire. La phase d’assemblage devrait durer cinq ans. Le premier plasma pourrait quant à lui être généré dès 2025.

    Le réacteur n'utilise pas d'uranium et n'émet donc aucune radioactivité. Et surtout, aucun déchet puisque ce sont des atomes d'hydrogène, gaz massivement présent dans la nature, qui sont injectés dans le réacteur. Le président du site Jérôme Stubler assure qu'ITER ne présente aucun risque d'explosion, puisque le plasma disparaît dès que le réacteur se refroidit.

    Lire aussi:

    Elle tente d’ouvrir les mâchoires d’un puma pour en arracher son chien
    Il prend sa retraite à 24 ans grâce à une épargne agressive
    Réforme des retraites: Delevoye déclare finalement 13 mandats et regrette une «erreur»
    Tags:
    plasma, Union européenne (UE), ITER, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik