Ecoutez Radio Sputnik
    Flammes

    Deux ados meurent dans un incendie après une fête d’anniversaire dans l’Orne

    CC0 / Alexas_Fotos / Flamme
    France
    URL courte
    3211
    S'abonner

    Après une fête privée, deux adolescents de 13 et 15 ans sont morts intoxiqués dans l’incendie de leur maison près de L’Aigle. Le feu serait parti d’un tapis près d’un poêle de chauffage.

    Une fête d’anniversaire a tourné à la tragédie à Saint-Nicolas-de-Sommaire, près de L’Aigle, dans l’Orne. Deux adolescents, âgés de 13 et 15 ans, sont morts dans l'incendie d’un corps de ferme dans la nuit du 30 novembre au 1er décembre, rapportent les médias français.

    Selon les premiers éléments, rapportés par France Bleu et Ouest-France, une dizaine de personnes participaient à une soirée d’anniversaire. Le feu serait parti d’un tapis près d’un poêle de chauffage, alors que les occupants de la maison dormaient.

    Ceux qui se trouvaient au rez-de-chaussée ont réussi à s’échapper et auraient tenté de réveiller les personnes qui dormaient au 1er étage, en jetant des cailloux aux fenêtres. Certains ont pu sortir du braiser, mais pas les deux adolescents, dont les corps ont été retrouvés par les pompiers.

    Selon Ouest-France, tout porte à croire qu’ils sont morts dans leur sommeil, intoxiqués par la fumée. Dans le même temps, un enfant de quatre ans a été incommodé par les fumées et un pompier a été blessé lors des opérations de secours.

    Le procureur de la République d'Argentan a ouvert une enquête pour «recherche des causes de la mort», explique-t-il à France 3 Normandie.

    Lire aussi:

    Le roi Salmane condamne la fusillade perpétrée par un militaire saoudien dans une base de l’US Navy en Floride
    En boule au sol, il est roué de coups de matraque et de pied par des policiers à Paris le 5 décembre – vidéo
    Elle organise un duel entre son mari et son amant, le premier décède touché à 35 reprises
    Tags:
    Orne, victimes, adolescents, France, incendie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik