France
URL courte
7719152
S'abonner

Une note intitulée «Loi pacte: le bon plan retraite» publiée en juin par BlackRock est pointée par plusieurs médias. Ils dénoncent l’influence qu’exerce la multinationale sur la réforme des retraites pour servir ses intérêts. Le groupe rejette toute accusation et se déclare injustement visé.

BlackRock, premier gérant d'actifs mondial, se retrouve au centre d’une polémique liée à la réforme des retraites. La multinationale est accusée par plusieurs médias d'influencer la réforme des retraites pour servir ses intérêts.

Ainsi, Mediapart indique que BlackRock a des vues sur l’épargne française. Selon le site d’information, le système par capitalisation que le premier gestionnaire d’actifs au monde envisage d’implanter en France serait une première étape pour dynamiter la retraite par répartition.

«Un géant américain de la finance à l'assaut des retraites des Français», surenchérit L'Humanité. Olivier Marleix, député Les Républicain d'Eure-et-Loire, a exprimé au Parlement sa préoccupation quant aux opportunités offertes par la réforme des retraites à la multinationale.

​Source des accusations

C’est une note intitulée «Loi pacte: le bon plan retraite» publiée par BlackRock dans la foulée de la réforme de l'épargne-retraite qui est à l’origine de toutes ces accusations. L'harmonisation des produits d'épargne retraite supplémentaires a pour objectif d’augmenter les encours gérés dans le secteur de 230 milliards d'euros à plus de 300 milliards d'ici à 2022.

Les plus hauts revenus ne devraient ainsi plus cotiser pour leur retraite sur la part de leur rémunération supérieure à 10.000 euros par mois. S'ils veulent compenser cette perte de droits à la retraite, ils devront épargner.

Dans la tourmente, BlacRock n’a pas souhaité réagir. «Nous ne commentons pas ces articles, qui sont par ailleurs inexacts», a déclaré un porte-parole aux Échos. Le groupe se dit injustement ciblé depuis qu’il a indiqué dans sa note de juin que le système par répartition allait rester «au cœur de l'épargne retraite française».

Annonces d’Édouard Philippe

Le chef du gouvernement a dévoilé mercredi 11 septembre la réforme des retraites et les compromis, voire les concessions, que l'exécutif a décidés de faire pour essayer d’apaiser la colère. Selon le plan dévoilé, l'âge légal restera à 62 ans, avec «un âge d'équilibre» progressivement amené à 64 ans et «un système de bonus-malus» pour inciter à travailler plus longtemps et équilibrer les comptes du système.

Cependant, 59% des Français restent favorables à la grève contre la réforme des retraites, selon le baromètre Harris Interactive RTL et AEF Info publié jeudi 12 décembre. La CFDT a appelé à descendre dans les rues pour une grande manifestation le 17 décembre, date de mobilisation choisie par l'intersyndicale CGT-FO-Solidaires-FSU et les organisations de jeunesse.

Lire aussi:

L’avocat de Trump présente au Sénat de Géorgie une première vidéo de «preuve» de fraude électorale
Traversée de l’Algérie avec un âne: le challenge qui passe mal sur les réseaux sociaux
Erdogan espère que la France «se débarrassera au plus vite du danger Macron»
L’organisateur de l’orgie gay ayant accueilli l’eurodéputé hongrois livre des détails de la soirée
Tags:
CFDT, loi Pacte, réforme des retraites, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook