France
URL courte
451737
S'abonner

Un élève qui perturbait un cours de français a fracturé le nez de son professeur au lycée Henri IV de Béziers, lundi 16 décembre, après que le comportement de l’élève a poussé l’enseignant à lui asséner deux gifles. Tous deux ont porté plainte. Une enquête est en cours.

L’incident s’est déroulé lundi 16 décembre au lycée Henri IV de Béziers dans l’Hérault lorsqu’un élève, en 1ère STMG, assistant à son cours de français prévu de 17h à 18h, a perturbé le bon déroulement de la leçon à plusieurs reprises en provoquant son professeur, rapporte France 3 Occitanie.

Le professeur lui a mis deux gifles. L'élève a immédiatement réagi en lui donnant un violent coup de poing au visage à tel point qu'il en a eu le nez cassé. Cette blessure a provoqué un arrêt de travail du professeur pendant toute la semaine.

L’élève connu pour être perturbateur

Le rectorat de Montpellier a confirmé les faits. Selon France 3 Occitanie, se référant aux autres professeurs, l'élève est connu comme étant un perturbateur. Il aurait également troublé le cours de maths qu'il avait eu juste avant, de 16h à 17h.

Le proviseur a reçu l’élève concerné et sa famille pour lui signifier sa convocation devant le conseil de discipline de l’établissement, après les vacances de Noël. Tout comme le professeur, les parents de l’élève ont porté plainte. En outre, il sera convoqué à son retour d'arrêt maladie, devant la Direction des ressources humaines du rectorat pour avoir giflé l'élève. Une enquête a été ouverte.

Lire aussi:

Le ministre marocain de la Santé explique que l’hydroxychloroquine est la cible de l’industrie pharmaceutique - exclusif
Une voiture a percuté la grille d’entrée de la chancellerie d’Angela Merkel à Berlin - photos, vidéo
Il faut mettre les migrants «dans des avions pour les renvoyer chez eux» plutôt que de les disperser, estime Zemmour
Des lance-roquettes multiples US déployés en Roumanie: «un message» pour la Russie, selon Forbes
Tags:
Noël, Montpellier, Hérault, Béziers, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook