France
URL courte
17429
S'abonner

Éprouvant une période difficile et un manque de médecins urgentistes dont la plupart sont en grève, la direction d’un hôpital de Mulhouse s’est dit qu’elle était obligée de recruter un urgentiste payé 2.200 euros pour un jour de travail pour assurer les services aux malades lors de la période des fêtes de fin d'année, relate France 3.

Un hôpital de Mulhouse, qui vit une période financièrement difficile suite au fait qu’en octobre beaucoup de médecins ont quitté les urgences en raison des mauvaises conditions de travail, a fait parler de lui quand le quotidien régional L’Alsace a révélé que l’établissement avait recruté un médecin urgentiste intérimaire rémunéré 2.200 euros de la journée de travail.

En manque de médecins car les services d’urgence se trouvent en grève depuis des mois maintenant, le centre hospitalier Emile Muller cherche à recruter 15 médecins.

France 3 a interrogé la direction concernant ce renfort d’un urgentiste rémunéré 2.200 euros par jour pour les services d’urgence. Les responsables de l’hôpital ont avoué être «contraints» de devoir payer cette somme. Toutefois, selon eux, ils l’ont fait pour être certains d'offrir un service aux malades durant cette période.

«On a ouvert le recrutement à l'intérim au mois d'octobre pour les fêtes de fin d'année. Et je n'ai pas eu de candidats. C'est sûr que plus vous êtes en difficulté, plus vous cédez à la surenchère financière», a justifié la direction de l’hôpital citée par France 3.

La grève des médecins

Depuis le 15 décembre, plus d’un millier de médecins ont délaissé leurs fonctions administratives sur fond de crise qui secoue les hôpitaux depuis 10 mois avec 250 unités d’urgence en grève. Ils renoncent ainsi à appliquer la codification tarifaire pour éviter de facturer les actes à l’assurance maladie, ainsi qu’à participer à des réunions et à siéger à des commissions.

Lire aussi:

Macron préparerait déjà l’après-confinement, avec de grandes annonces en juillet
Trump réagit à l’envoi de matériel médical par la France à l’Iran
Le coronavirus fera-t-il de la Chine le nouveau maître du monde?
Diminution du nombre de personnes en soins intensifs en France, une première depuis le début de l'épidémie
Tags:
urgence, France, hôpital
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook