France
URL courte
5214201
S'abonner

Sur une place à Toulouse, alors qu’avait lieu la manifestation contre la réforme des retraites le 11 janvier, les enfants d’une crèche privée ont été touchés par des jets de gaz lacrymogènes. Les forces de l’ordre y ont eu recours pour disperser la foule.

Au lendemain d’un nouvel épisode de protestations contre la réforme des retraites ayant notamment eu lieu à Toulouse, une vidéo montrant des enfants se trouvant par inadvertance au milieu de jets de gaz lacrymogènes a été diffusée sur Twitter.

Afin d’évacuer la place Saint-Georges, les policiers ont eu recours à des grenades lacrymogènes. Cependant, la place accueillait également des enfants accompagnés de leurs parents, le jardin d’enfants de Saint-Georges se trouvant à proximité.

Les forces de l’ordre n’ont compris qu’après que des enfants étaient impliqués dans l’intervention. De nombreux agents ont tenté d’accorder de l’aide aux parents et aux enfants. La vidéo s’interrompt ensuite.

La grève se poursuit

La grève générale contre la réforme des retraites s’est poursuivie le 11 janvier, lorsqu’a eu lieu l'acte 61 des Gilets jaunes. Alors que la CGT a évoqué 500.000 manifestants à travers tout le pays, l’Intérieur n’en a fait état que de 149.000. Les syndicats envisagent de nouvelles actions les 14, 15 et 16 janvier.

Violences policières

Le 9 janvier, à Paris, un manifestant a été blessé par un tir de LBD à bout portant, tandis qu’une personne âgée a reçu des coups de matraque à la tête. Une vidéo a été également publiée montrant un policier en train de donner de nombreux coups de poings à un manifestant.

Les forces de l’ordre ont répondu à des jets de projectiles par des charges et des tirs de gaz lacrymogènes.

Le chef de file de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, a dénoncé des violences «totalement disproportionnées» de la part de la police.

Lire aussi:

Macron avait chargé Sarkozy de transmettre une lettre secrète à Carlos Ghosn
Elle promène son chien et tombe sur un lionceau près de Perpignan – photo
Une histoire d’amour coûte la vie à un jeune Marocain
Tags:
police, Toulouse, gaz lacrymogènes
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik