France
URL courte
49157
S'abonner

Commentant la grogne des Français face aux «transformations» que le gouvernement souhaite promouvoir, la garde des Sceaux l’a expliquée par le fait que ses concitoyens n’avaient pas eu de temps d’«adaptation».

Pourquoi les innovations du gouvernement de Macron se heurtent à une telle opposition? Pourquoi est-il tellement difficile d’«apaiser la France» et de «réconcilier les Français»? Les manifestants battant le pavé tous les week-ends, Nicole Belloubet a supposé sur France Inter que la cause résidait dans le fait qu’ils avaient besoin d’un «temps d’adaptation» aux réformes.

«Je ne sais pas si on a raté quelque chose», a estimé la garde des Sceaux. «Ce que nous avons essayé de faire, c'est de promouvoir des transformations qui sont importantes, qui bouleversent les habitudes.»

Selon la ministre, «dans toute innovation, dans tout ordre nouveau, au sens où des choses nouvelles apparaissent, il y a un temps d'adaptation qui est peut-être plus long que celui qui a été suivi».

«Il y a des moyens d’exprimer son opposition, le droit de grève, en plus c’est un droit constitutionnel», a-t-elle reconnu, tout en insistant «qu'on ne peut pas laisser traîner les choses en longueur sinon rien ne se fait, in fine».

La France en grève

Le mouvement des Gilets jaunes est né le 17 novembre 2018 sur le terrain fertile de la grogne face à la hausse des prix du carburant, qui frappe surtout le diesel. Ses partisans ont pris l’habitude de manifester chaque samedi.

Un collectif des syndicats se mobilise parallèlement depuis le 5 décembre 2019 pour dire non au projet du gouvernement de réforme des retraites.

Lire aussi:

Il vient de braquer un McDonald’s mais ne s’attendait pas à tomber sur ce genre de clients
Le pilonnage du sud d'Israël se poursuit, après Ashkelon c'est au tour de Sdérot
Une pitbull enceinte se lance dans un combat mortel avec un cobra pour sauver ses maîtres – vidéo
Tags:
Nicole Belloubet, France, gilets jaunes, réforme des retraites
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook