France
URL courte
6112
S'abonner

Le gouvernement a annoncé que 16 personnes étaient écartées des services de renseignement français depuis 2014.

Seize personnes ont été «écartées» des services de renseignement depuis 2014 «pour leur potentielle radicalisation ou celle de leur entourage» mais aucun depuis la tuerie de la préfecture de police de Paris le 3 octobre 2019, a affirmé Matignon mardi cité par l'AFP.

Les services du Premier ministre se basent sur les conclusions de deux missions confiées à l'Inspection des services de renseignement (ISR), après le quadruple meurtre commis par un informaticien travaillant à la Direction du renseignement, Mickaël Harpon, soupçonné de radicalisation islamiste.

L'homme avait poignardé à mort trois policiers et un agent administratif dans l'enceinte de la préfecture de police de Paris, avant d'être abattu.

Lire aussi:

Le centre d'enrichissement de Natanz touché par un acte «terroriste antinucléaire», selon Téhéran
Le nombre de nouveaux cas de Covid-19 replonge sous la barre des 35.000 en 24h en France
Ce propriétaire d’hôtel avait loué une chambre à Xavier Dupont de Ligonnès la première nuit de sa cavale
Des médecins avouent avoir vacciné des moins de 55 ans à l’AstraZeneca malgré une recommandation contraire
Tags:
services secrets, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook