France
URL courte
Par
Grève générale contre la réforme des retraites en France (170)
7180
S'abonner

Les avocats ont manifesté contre la réforme des retraites ce mercredi 26 février devant l’Assemblée nationale. Malgré le caractère non-autorisé de l’action, elle a eu un résultat concret et symbolique: un groupe d’avocats désignés par le rassemblement est entré dans le palais Bourbon pour exposer leurs arguments. Reportage.

Ni la pluie, ni le froid n’ont pu avoir raison de la détermination des avocats. Vers 13 heures, ils se sont rassemblés devant la grille de l’Assemblée nationale pour faire entendre leurs arguments contre la réforme des retraites, en cours de discussion dans l’hémicycle.

Sous une averse soudaine, les participants à l'action tiennent une banderole éloquente: «Votre #réforme? À la #retraite! Nous défendrons toujours la justice que vous assassinez», en s’échauffant comme ils le peuvent sous le son de Zebda…. «motivés… motivés!»

Avant d’allumer des fumigènes et d’entamer l’hymne des Gilets jaunes en insistant bien sur le fait qu’il faut «ne pas oublier de créer l’animation pour les forces de l’ordre aussi, parce qu’ils doivent savoir que leur retraite ne serait pas meilleure que la nôtre».

​​Le soleil revient, la bonne humeur ne s’estompe pas, les avocats, dont nombreux portent les drapeaux ou des autocollants du Syndicat des avocats de France (SAF), continuent à chanter des chants avec leurs propres paroles. Et tant pis si le soliste chante faux, «l’important est d’y croire».

Une brève escarmouche avec la police, qui a essayé de déloger les avocats devant le portail de l’Assemblée, n’a pas empêché les robes noires de rester, avec le soutien de quelques députés de La France insoumise pour «l’action au nom de tout le monde».

«L’objectif de leur mobilisation est d’être entendus par les parlementaires», précise à Sputnik Ugo Bernalicis, député de La France insoumise. «On pourrait se moquer d’eux et dire qu’ils étaient déjà reçus une bonne douzaine de fois par le ministre de la Justice. Sauf qu’on les a écoutés, mais pas entendu, en renvoyant vers le système universel».

Plusieurs groupes s’organisent pour entrer à l’Assemblée et rencontrer les députés, les autres avocats restent, malgré la demande des forces de l’ordre de libérer le passage pour empêcher «d’avoir une image [de manif d’avocats, ndlr] devant l’Assemblée nationale».

«Je trouve qu’il faut accepter de faire entrer les avocats à l’Assemblée nationale, c’est quelque chose de symbolique. On n’a aucune vacation à nous bagarrer avec la Police nationale», souligne Me Nicolas Thomas-Collombier, avocat au barreau de l’Essonne et membre du SAF.

Toujours avec une sono joyeuse de HK et Les Saltimbanks, avec leur «On Lâche Rien» déterminé, les avocats restent à attendre le retour de leurs confrères de l’Assemblée nationale. «Jusqu’à présent, on n’était acceptés qu’en réunions d’information», précise Me Thomas-Collombier. «On ne fait que nous informer des décisions. À nos contre-propositions, on nous rétorque qu’on n’a pas compris.»

«Mais grâce aux négociations des députés de La France insoumise, des communistes et des socialistes, nous avons pu exercer notre droit de manifester avec dignité», conclut pour Sputnik Me Nicolas Thomas-Collombier.

L'avis quelque peu entaché par l'evacuation musclée des avocats assis devant l'Assemblée nationale vers 17 heures.

Dossier:
Grève générale contre la réforme des retraites en France (170)

Lire aussi:

Le ministre marocain de la Santé explique que l’hydroxychloroquine est la cible de l’industrie pharmaceutique - exclusif
Une voiture a percuté la grille d’entrée de la chancellerie d’Angela Merkel à Berlin - photos, vidéo
Il faut mettre les migrants «dans des avions pour les renvoyer chez eux» plutôt que de les disperser, estime Zemmour
«Absurdie», «gardien de prison», «incompétence»: le monde politique réagit aux annonces de Macron
Tags:
réforme des retraites, Assemblée nationale, Syndicat des Avocats de France (SAF), manifestation
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook