France
URL courte
9344
S'abonner

De nouveaux détails émergent dans l'affaire Benalla concernant l'enregistrement clandestin de conversations entre ce dernier et Vincent Crase. Ayant démissionné en février 2019 suite à des soupçons d’implication, l’ex-patronne de la sécurité du Premier ministre a été nommée directrice du service territorial de police judiciaire à Cayenne.

Marie-Élodie Poitout, l’ex-patronne des gardes du corps du Premier ministre, a été mutée à Cayenne en Guyane. Elle doit y prendre ses fonctions comme directrice du service territorial de police judiciaire à partir du 16 mars, rapporte Le Point.

«Certes, ce n'est pas un poste très demandé, mais, dans la police, on n'envoie pas quelqu'un là-bas contre son gré», a expliqué un collègue de la commissaire à l’hebdomadaire. Le ministère de l’Intérieur a de son côté indiqué que «ce n'est pas une sanction».

Démission de la responsable de la sécurité à Matignon

Marie-Élodie Poitout avait donné sa démission de ses fonctions de directrice du groupe de la sécurité du Premier ministre en février 2019. Cette décision a été prise sur fond de publication par Mediapart de deux extraits d'une discussion entre Alexandre Benalla et Vincent Crase datant du 26 juillet 2018. Elle est intervenue quatre jours après leur mise en examen dans l'affaire des violences du 1er mai 2018 et en violation de leur contrôle judiciaire.

Marie-Élodie Poitout avait été soupçonnée d'avoir abrité une rencontre entre ces deux individus.

Bien qu’elle ait finalement admis connaître Alexandre Benalla et l’avoir reçu à son domicile, la responsable du GSPM réfutait tout lien avec Vincent Crase.

Depuis son départ, la commissaire était chargée de mission à la direction générale de la police nationale.

Lire aussi:

Un scientifique nucléaire iranien de haut rang assassiné près de Téhéran
La Russie proteste suite à la violation de sa frontière par un destroyer US et se dit prête à réagir aux provocations
Comment les policiers ont justifié les coups portés sur le producteur de musique à Paris
Tags:
Vincent Crase, Alexandre Benalla, France, Guyane française
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook