France
URL courte
111845
S'abonner

Une femme enceinte et cinq enfants ont été retenus en otage par un homme armé à Troyes à son domicile, informe BFM TV. Une intervention du RAID a permis d’interpeller le forcené et de les libérer. L’homme est connu pour des troubles psychiatriques, un différend familial pourrait être à l’origine des faits, selon le média.

Un homme a retenu en otages une femme enceinte et ses cinq enfants ce mardi 3 mars, informe BFM TV. Retranché dans son appartement à la Chapelle St Luc, près de Troyes, l’individu est connu des services de santé pour des troubles psychiatriques.

La police a indiqué sur Twitter qu’un périmètre de sécurité avait été mis en place.

​Quand les forces de l’ordre ont tenté de pénétrer dans l’appartement, il a tiré à travers la porte. 

Les négociations sont en cours depuis 16 heures, selon le média. La piste du différend familial est privilégiée pour le moment.

Selon France 3 Grand Est, Olivier Girardin, le maire de la commune, a confirmé le déroulement des faits en précisant que les enfants se trouvaient toujours dans l’appartement. Il a été communiqué que l'homme en question est âgé de 34 ans.

La chaîne met également en lumière le fait que l’année dernière le preneur d’otages avait été arrêté en pleine rue armé d’un sabre.

Dans la soirée, une unité spéciale du RAID a réussi à interpeller l’individu armé qui avait pris en otage les personnes concernées, a indiqué la police nationale sur Twitter. L’intervention n’a pas fait de blessé. Les cinq enfants et la femme enceinte ont été libérés.

Lire aussi:

«Colère», «dégoût», «honte»: pourquoi tant de haine envers Emmanuel Macron?
Le missile auquel Israël a riposté en frappant la Syrie a explosé près d’une centrale nucléaire
Discours de Vladimir Poutine: «les Occidentaux ont tendance à réagir un peu comme des enfants frustrés»
Les concepteurs du Spoutnik V «étonnés» par le silence des médias sur les décès après injection du Pfizer
Tags:
France, prise d'otages
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook