France
URL courte
451852
S'abonner

Le professeur Didier Raoult produit une impression mitigée sur les Français: 35% d'entre eux ne le soutiennent pas et 45% sont d'avis contraire. De plus, l'image de l'infectiologue est différente chez les gens selon leur couleur politique, révèle un récent sondage de LCI.

Le défenseur de l'hydroxychloroquine et infectiologue de l'IHU Méditerranée Infection de Marseille Didier Raoult ne laisse pas les Français indifférents. Comme le montre le sondage Harris Interactive réalisé pour LCI, près de la moitié (45%) d’entre eux confient avoir une «bonne opinion» du scientifique, alors que 35% ne le soutiennent pas.

Il reste également 20% des sondés qui ne le connaissent pas.

Soutien des sympathisants LFI et RN

La perception de sa personnalité s'avère d'ailleurs varier selon les choix politiques des sondés. C’est parmi les partisans du mouvement de Jean-Luc Mélenchon et du parti de Marine Le Pen que se trouventle plus d'attitudes positives (72% dans les deux cas).

Chez les Républicains, 56% des électeurs soutiennent le professeur. Chez les sympathisants PS et LaREM, un nombre élevé a reconnu avoir une mauvaise image de M.Raoult (44 et 40% respectivement).

Popularité dans le sud

Géographiquement, le sondage a enregistré 72% d’évaluations positives de sa personnalité chez les habitants de la région Paca.

À analyser sa popularité selon l'âge des sondés, l'infectiologue est plus soutenu par les personnes de plus de 65 ans (53%). Parmi les représentants des catégories populaires, il récolte 49% des opinions favorables, contre 40% chez les catégories supérieures.

Un total de 1.028 personnes âgées de 18 ans et plus ont participé à l'étude réalisée en ligne du 19 au 21 mai 2020.

Lire aussi:

Ces bonnes habitudes à prendre pour perdre du poids, selon une nutritionniste
Deux ex-agents secrets français condamnés à 8 et 12 ans de prison pour trahison
La diplomatie russe ironise sur les propos de Trump concernant ses nouveaux missiles
Tags:
soutien, sondage, Didier Raoult
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook