France
URL courte
12745
S'abonner

L’Oréal Paris a fini par proposer le poste de conseillère en charge de la diversité à la mannequin Munroe Bergdorf, licenciée par le groupe en 2017 pour ses virulentes dénonciations de la violence des suprémacistes blancs.

Munroe Bergdorf, mannequin transgenre qui a travaillé pour L’Oréal au Royaume-Uni, avait été licenciée en 2017 après avoir publié sur sa page Facebook un post condamnant avec virulence le racisme et la violence des suprémacistes blancs aux États-Unis.

Au tout début du mois de juin, la mannequin est revenue sur cette histoire sur Twitter, envoyant une pique à L’Oréal qui avait affiché son soutien au mouvement Black lives matter sur ses réseaux sociaux:

«Vous m’avez laissée tomber lors d’une campagne en 2017 et m’avez jetée aux loups pour avoir parlé du racisme et de la suprématie blanche», s’est-elle emportée.

L’Oréal réagit

En réponse, la nouvelle présidente de L’Oréal Delphine Viguier a regretté la manière dont cette situation avait été gérée. Elle a également proposé à Munroe Bergdorf d’accepter un poste de conseillère au sein de la nouvelle entité britannique en charge de la diversité et de l’inclusion.

La mannequin a pour sa part remercié tous ceux qui l’ont soutenue «dans cette affaire au cours des trois dernières années» et a indiqué s’attendre à «une nouvelle relation positive avec l’équipe L’Oréal».



Lire aussi:

«La lutte contre l’islamisme radical ne plaît pas à tous»: le drôle de limogeage d’un commissaire des Yvelines
Le nombre de contaminations journalières en France bondit de nouveau au-dessus de 20.000
Un élève de dix ans nommé Jihad mord son enseignante devant toute sa classe dans le Val-de-Marne
Erdogan accuse Macron de «régler des comptes avec l’islam et les musulmans»
Tags:
Black Lives Matter, racisme, mannequins, France, L'Oréal
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook