France
URL courte
15352
S'abonner

Dans un rapport interne qui n’était pas destiné à «fuiter dans la presse», la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France a dressé un constat critique de la gestion de la pandémie regrettant que ses capacités opérationnelles n’aient pas été prises en compte, rapporte Le Parisien.

Un rapport interne de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France (FNSPF) dont Le Parisien s’est procuré une copie avant sa transmission au ministère de l’Intérieur porte un regard très critique sur la gestion de la pandémie.

Les premiers visés sont les structures administratives du ministère de la Santé, les agences régionales de santé et le Samu.

Le colonel Grégory Allione, président de la FNSPF, a confié au journal que ce retour d’expérience (Retex) était un document de travail qui n’était pas destiné «à fuiter dans la presse» et a confirmé le sentiment «d'un sous-emploi et d'une absence de prise en compte des capacités opérationnelles» de ses collègues «rompus à la gestion de tous les événements».

«Nous avons tendu la main à des administrations [le ministère et l'administration de la santé, ndlr] qui n'ont pas l'habitude de gérer des situations de crise. Rien dans leur organisation et leur culture ne les prédisposaient à assurer ce rôle. On ne demande pas à des musiciens qui ne répètent pas des gammes quotidiennement de jouer un concert.»

La première critique émise par les pompiers concerne la façon dont la gestion a été dirigée.

Principes «bafoués» de la direction unique

«Pour être efficace la gestion d'une crise d'ampleur doit mobiliser un directeur unique, un commandant des opérations unique et des conseillers techniques.»

Le rapport signale que ces principes ont été «bafoués» et rappelle que dans un premier temps c'est la direction générale de la santé, donc le ministère de la Santé, qui a piloté la réponse de l'État face à la pandémie avant que le ministère de l'Intérieur ne rejoigne le dispositif.

«On a confié le rôle de commandant de crise à des conseillers techniques», regrettent les pompiers.

Conclusion des pompiers, «plutôt qu'une crise sanitaire, cette crise a surtout été celle du leadership de la communication» conduisant à l'incompréhension des «acteurs de terrains, pompiers mais aussi médecins généralistes».

Évacuation par TGV: opération de communication et esbroufe

Les pompiers ont vivement critiqué les évacuations par TGV et le pont aérien mis en place à l’aéroport d’Orly estimant que souvent des dizaines de patients avaient été transférés d’une région vers une autre tandis qu’il y avait des réponses à proximité.

«Pures opérations de communication et véritable esbroufe: était-il efficace de faire faire des centaines de kilomètres aux victimes alors que souvent il y avait de la place dans la clinique d'en face?».

Le Retex déplore que le 15 était saturé (un délai de réponse du Samu parisien étant de 45 minutes) et que «les préfets ont été relégués au second plan en raison d'une absence de dialogue avec les agences régionales de santé».

Conséquence concrète d'après les pompiers, «l'oubli des Ehpad, laissant seules les collectivités territoriales face aux décès en nombre de nos aînés».

Propositions pour l’avenir

Le Retex des pompiers dresse aussi une liste de propositions pour «revoir notre modèle de gestion de crise» qui placerait, selon eux, le ministère de l'Intérieur comme «responsable de la conduite opérationnelle des crises». Comme option, il propose la création d'un ministère ou d'un secrétariat d'État «chargé de la gestion des crises et des situations d'urgence» reprenant là l'exemple russe.

En bref, le document appelle à faire confiance aux acteurs de terrain et de proximité.

«Toutes les leçons doivent être tirées du succès de la gestion du déconfinement dont les préfets et les maires ont été les pivots.»

Lire aussi:

Pfizer n'est «pas certain» que son vaccin stoppe la transmission du Covid-19
Traversée de l’Algérie avec un âne: le challenge qui passe mal sur les réseaux sociaux
Bill Clinton se fait masser par une accusatrice de Jeffrey Epstein sur des clichés de 2002 – photos
Une «violente altercation» éclate entre deux avocats lors du procès Sarkozy, l’audience suspendue
Tags:
rapport, sapeurs-pompiers, pandémie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook