France
URL courte
Par
5251
S'abonner

Malgré le soutien de la maire de Paris, Christophe Girard, l’adjoint à la culture, quitte son poste à la suite de plusieurs attaques sur son implication dans l’affaire de pédophilie de Matzneff. Quelques heures auparavant, des organisations féministes ont manifesté devant l’Hôtel de Ville pour dénoncer sa réélection. Reportage.

Quelques heures avant la démission de l’adjoint à la culture de la Mairie de Paris, des collectifs féministes se sont rassemblés sur le parvis de l’Hôtel de Ville pour la deuxième fois en deux semaines. Après une action contre la nomination de Gérard Darmanin, leur nouvelle cible n’est autre que Christophe Girard. L’homme politique venait d’être nommé par Anne Hidalgo au poste d’adjoint à la culture de la mairie de Paris, poste auquel il est reconduit pour la quatrième fois depuis 2001.

​«M. Girard dit qu’à l’époque, il ne savait pas que Matzneff se livrait à des activités pédocriminelles, alors que c’était absolument connu et c’était même l’objet du livre de M. Matzneff», s’insurge Fatima Ben-Omar, co-fondatrice de l’association Les Effronté-es, au micro de Sputnik.

Elle rappelle que de nouvelles révélations ont surgi dans «dans le cadre de l’enquête sur l’affaire Gabriel Matzneff». Christophe Girard aurait financé, «au nom de la fondation Yves-Saint-Laurent», une chambre d’hôtel où Matzneff pouvait se soustraire à l’attention de la brigade de protection des mineurs.

Un appel à la suspension de Christophe Girard par des élus écologistes parisiens il y a trois jours, revendiquant de «faire la lumière» sur ses liens avec l’écrivain –accusé de viol sur mineur– a «ouvert» les dessous du dossier au grand public. L’activiste déplore «une énième affaire qui était sous le tapis», avant que de nouveaux éléments ne soient «apportés par les enquêtes journalistiques.»

«Mais nous aurions préféré que Paris s’abstienne de nommer cet homme à la culture. Anne Hidalgo aurait pu faire ses preuves en féminisme si elle avait écouté ce qu’on lui avait demandé. D’autant plus qu’elle n’a pas eu de mal à se positionner sur l’affaire Darmanin», regrette Fatima.

Alix Béranger, du collectif La Barbe est encore plus explicite sur les attentes des militantes féministes à l’égard de l’homme politique qui a consacré 19 ans à la municipalité:

«On attend qu’Anne Hidalgo fasse démissionner Christophe Girard de son poste. On aurait dû être plus soutenus par les pouvoirs politiques dans notre combat», martèle Alix Béranger au micro de Sputnik.

L’activiste explique le peu d’affluence devant l’Hôtel de Ville ce jeudi par le fait que «ça ne touche pas le gouvernement, mais juste Paris». Elle assure avoir «un soutien massif sur les réseaux sociaux», une nouvelle Place de Grève, visiblement, qui a eu raison de la détermination de Christophe Girard.

Lire aussi:

Une syndicaliste policière s’en prend en direct au patron de BFM TV, accusant la chaîne de «mensonge»
Assassinat de Mohsen Fakhrizadeh: un temps Mossad à Téhéran
Ces 25 propriétaires du 93 ont appris par simple lettre qu’ils étaient expropriés
Tags:
Paris, pédophilie, féminisme
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook