France
URL courte
261448
S'abonner

Une veuve de djihadiste de nationalité française est revenue dans l’Hexagone après avoir passé plusieurs mois dans un centre de détention en Turquie, a indiqué L’Express. Ce retour s’inscrit dans le «protocole Cazeneuve» de 2014. D’autres femmes avec le même profil devraient suivre, accompagnées de leurs enfants.

Lundi 17 août, une Française veuve de djihadiste a été renvoyée vers Paris, où elle est passée devant un juge d’instruction avant d’être incarcérée, a relaté L’Express. Après avoir passé cinq ans en Syrie, elle a été détenue plusieurs mois à la frontière syro-turque. Elle a été renvoyée du pays sur décision d’Ankara.

D’après le magazine, sept autres Françaises et leurs 13 enfants âgés de quelques mois à 15 ans suivront dans les prochaines semaines. Toutes ont été identifiées comme des anciennes partenaires de djihadistes et se trouvaient ainsi sous mandat d’arrêt international. Leur retour en France avait été reporté en raison de l’épidémie de Covid-19.

Cette opération, qui ne laisse pas d’autre choix à l’Hexagone que d’accueillir ses ressortissants, s’inscrit dans le cadre du «protocole Cazeneuve», signé en 2014 par le ministre de l’Intérieur de l’époque. Il s’agit d’un accord de coopération policière entre Paris et Ankara qui n’est pas synonyme de rapatriement, mais permet la récupération de djihadistes (ou dans ce cas, de leur famille) dès leur entrée sur le territoire.

Renvoi de djihadistes

Toujours en vertu de cet accord, Ankara avait déjà pris la décision en décembre dernier de renvoyer vers Paris 11 djihadistes français, dont des femmes. Là aussi, ils ont été présentés à un juge dès leur arrivée. Toujours selon L’Express, le «protocole Cazeneuve» a permis le retour de quelque 250 Français liés au djihadisme en six ans.

Lire aussi:

Opération anti-drogue à Avignon: un policier mortellement blessé lors des tirs
Accident de laboratoire à l’origine du Covid-19: et si c’était vrai?
Un conseiller de Véran déplore «l’état catastrophique du pays» et rejoint le RN
Tags:
femmes, prison, accord, ex-djihadistes, djihadisme, France, Turquie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook