France
URL courte
326175
S'abonner

Un mineur est soupçonné d’avoir frappé un père de famille qui lui aurait demandé d’attendre son tour sur le plongeoir. La victime souffre d’un enfoncement de la boîte crânienne.

Un homme de 38 ans se trouvait avec ses enfants à la plage de Pont-de-Roide-Vermondans (Doubs), le 20 août, lorsqu’il a été victime d’une agression violente. Il attendait patiemment son tour au plongeoir pour sauter dans la rivière quand un adolescent s’est imposé devant lui dans la file, relate L’Est républicain.

Le père de famille lui a simplement demandé d’attendre son tour, une remarque que le mineur n’a pas supporté, selon le patron de la compagnie de gendarmerie de Montbéliard. Il a tenté de lui porter un coup de poing avant d’appeler des amis en renfort. L’un d’entre eux avait sur lui un marteau de chantier et a frappé le trentenaire avec force au niveau de la tête. Le coup a causé un enfoncement de la boîte crânienne.

Gravement blessée mais consciente, la victime était toujours hospitalisée vendredi soir.

Deux ados interpellés

Alertés, les gendarmes locaux sont intervenus et ont interpellé deux suspects, habitants d’une commune voisine. L’un des mineurs, âgé de 16 ans, serait à l’origine du conflit. Le second, 17 ans, est soupçonné d’avoir asséné le coup de marteau au père de famille.

Les deux jeunes avaient été verbalisés plus tôt dans la journée dans un bus pour non-respect du port du masque.

Lors de l’interrogatoire, les deux adolescents auraient minimisé leur implication dans l’agression. Ils ont été libérés à l’issue de leur garde à vue, sans poursuites. Les maîtres-nageurs chargés de surveiller la plage ont retrouvé le marteau sur les lieux.

Lire aussi:

La démission du Premier ministre «est une trahison collective des partis libanais», selon l’entourage de Macron
Vidéo des dernières secondes avant le crash de l’avion de transport militaire An-26
L’essayiste Soral condamné à payer 134.400 euros à la Licra
Tags:
mineurs, Doubs, attaque, marteau
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook